Ambassadrice des métiers du BTP

Publié par le

Plombier et électricienne, Katia Valroff dénote un peu dans un univers très masculin. Un choix qu'elle assume pleinement et qu'elle est heureuse d'avoir fait. Elle milite d'ailleurs pour que les femmes s'ouvrent aux métiers du bâtiment.

  • Imprimer

«Entreprise Katia Valroff à l'appareil», annonce une voix féminine teintée d un petit accent du Sud-Ouest. «Bonjour. Est-ce que je pourrais parler au plombier, s'il vous plaît? », demande l'interlocuteur. «C'est moi», répond Katia Valroff, amusée. Décontenancé, le client marque un temps d'arrêt. «Les stéréotypes ont la vie dure, observe l'artisane, installée à Bayonne. Mais, une fois l'étonnement passé, mes clients méjugent sur mon travail et mes compétences, peu leur importe que je sois de sexe masculin ou féminin.»

@ ART ET LUMIERE BAYONNE

Kati Valroff
Dirigeant d'une entreprise de plomberie et d'électricité

«Les femmes aussi peuvent s'épanouir dans les métiers du bâtiment.»

Une vocation est née

Son credo? Les femmes doivent se décomplexer: «Ce que les hommes peuvent faire, la gent féminine le peut aussi.» C'est à peine si, parfois, elle doit solliciter l'aide d'un client ou de son fils pour poser un chauffe-eau, trop lourd pour elle. Côté comptabilité, c'est son mari, psychologue du travail, qui lui donne un coup de main. Une inversion des rôles qui n'est pas pour lui déplaire. «Il s'agit encore d'un cliché sur l'entreprise artisanale: l'homme sur le terrain et la femme au bureau.». Elle qui s'était d'abord consacrée à l'éducation de ses enfants, a repris des études pour attaquer le marché du travail. Heureux hasard, elle tombe sur une publicité de l'Afpa, organisme de formation professionnelle pour adultes, illustrée par une femme avec un casque de chantier et un slogan qui fait mouche/les métiers du bâtiment sont aussi pour vous'. Elle décide de tenter sa chance. Ne parvenant pas à choisir entre plomberie et électricité, elle entreprend donc de se former aux deux métiers pendant onze mois. Puis, elle s'immerge successivement en stage chez un électricien et un plombier. Verdict: les deux activités lui plaisent autant. . . Elle décide donc de créer son entreprise de plomberie-électricité. Cela fait quatre ans maintenant qu'elle est installée à son compte et qu'elle «s'éclate». «Je m'épanouis complètement dans ce métier très diversifié. Je ne me positionne plus que sur des chantiers de rénovation et de dépannage: le neuf m'ennuie», confie l'artisane. Une passion qu'elle met d'ailleurs au service de la Confédération des artisans et petites entreprises du bâtiment (Capeb) qui s'est ainsi trouvé une ambassadrice de charme pour recruter de nouveaux visages féminins. Katia Valroff tient, en effet, une permanence lors de salons. «Je souhaite que mon expérience puisse donner le goût des métiers du bâtiment à d'autres femmes», conclut-elle.

Bio

- 1982
Elle décroche son bac.
- 1987
Naissance de son premier enfant, Jean.
- 1989
Naissance de sa fille Marie.
- 2001
Elle obtient une licence de psychologie.
- 2003
Formation de plomberie et électricité à l'Afpa.
- 2004
Elle crée son entreprise de plomberie électricité.

CARINE GUICHETEAU

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet