Mon compte Devenir membre Newsletters

Combattez le bruit sur vos chantiers!

Publié le par

Près de sept Français sur dix considèrent être exposés au bruit sur leur lieu de travail, selon l'Ademe. Un chiffre éloquent, qui montre l'importance de protéger ses salariés contre ce risque invisible. Voici quelques pistes à explorer.

«Moins fort le bruit!» C'est ce qu'annonçait la dernière campagne gouvernementale de lutte contre le bruit au travail. Le but: faire prendre conscience aux dirigeants qu'il est important de se prémunir contre ce risque caché. «En effet, contrairement à d'autres risques, le bruit et ses effets ne sont pas tangibles», explique-t-on à l'INRS. Ce n'est qu'une fois les dommages irrémédiablement installés que vous vous rendez véritablement compte des dégâts. Bien sûr, il y a le risque de surdité. Mais le bruit au travail ne se résume pas à cela. Vous devez également avoir conscience que travailler dans une atmosphère bruyante a de nombreuses conséquences. Fatigue, stress, troubles du sommeil, maladies cardiovasculaires... Autant de symptômes qui peuvent être liés au bruit. Un environnement bruyant augmente aussi les risques d'accidents du travail.

D'où l'importance d'avoir analysé, en amont, l'exposition de vos salariés et de prendre les mesures qui s'imposent. L'idéal étant de supprimer le bruit à la source. Mais sur un chantier, c'est naturellement impossible. Cependant, l'adaptation de vos process de fabrication ou encore l'utilisation de matériels moins bruyants (outillages électroportatifs adaptés, bétonnières et engins de manutention mieux isolés...) permettent de limiter les dégâts. Il faut également utiliser des équipements de protection individuelle (EPI). Et n'attendez pas d'atteindre le seuil réglementaire des 80 dB pour faire quelque chose (voir notre schéma). N'hésitez pas à équiper vos salariés - et vous-même! -, dès qu'une conversation à un niveau normal n'est plus possible.

Choisissez une protection adaptée

Sur un chantier, privilégiez les EPI qui réduisent le bruit sans isoler de l'extérieur. Différents systèmes existent avec leurs avantages et leurs inconvénients. Celui que vous choisirez doit répondre aux besoins de votre activité. Par exemple, un arceau sera pertinent si le salarié ne réalise que ponctuellement une opération bruyante. A l'inverse, s'il fait très chaud, les serre-têtes à coques peuvent se révéler inconfortables. Selon les cas, n'hésitez pas à proposer des solutions actives, qui atténuent les bruits mais permettent de communiquer et laissent passer le son d'alerte des engins de chantier. Vous devez également vous assurer que vos salariés portent bien leurs EPI. Ces équipements doivent être adaptés aux attentes des ouvriers. Par exemple, certains préféreront les coques extérieures. Dans ce cas, faites attention à la compatibilité avec le casque et les lunettes. D'autres ne verront pas d'inconvénients à porter des bouchons d'oreille. Vous pouvez aussi opter pour des protections moulées. Elles s'insèrent comme des bouchons jetables dans le conduit auditif, mais sont réalisées sur mesure pour chaque salarié. L'intérêt? Ce type d'EPI augmente le confort de portage. Si ces protections sont plus onéreuses, leur durée de vie d'un à deux ans les rend rentables sur le long terme. De façon générale, pour que la protection individuelle soit efficace, il faut la porter avant d'entrer dans une zone bruyante ou d'entreprendre une opération génératrice de bruit. Elle doit par ailleurs être correctement ajustée. Concernant les bouchons d'oreille, ils doivent être propres, sans poussière et insérés correctement. Sinon, leur effet sera amoindri. Si le besoin s'en fait sentir, n'hésitez pas à demander une formation à votre distributeur. Les protections doivent également être portées durant toute la période d'exposition. «Si vous la retirez, même quelques secondes, vous en diminuez considérablement l'efficacité», affirme-t-on à l'INRS. Par exemple, pour une exposition de huit heures à 100 dB avec une protection atténuant de 30 dB, ne pas porter l'EPI durant une seule minute diminue la protection effective de 5 dB sur toute la durée d'exposition. Pour éviter que vos ouvriers n'ôtent trop tôt leur équipement, n'hésitez pas à leur donner le choix entre plusieurs systèmes. Responsabilisés, ils seront d'autant plus sensibilisés.

CLAIRE POISSON

)