En ce moment En ce moment

Comment s'organiser pour travailler par forte chaleur

Publié par le

Travailler quand la température extérieure est élevée comporte certains risques. Les effets de la chaleur sur le corps humain peuvent entraîner une perte de vigilance, voire des malaises. Quand viennent l'été et la canicule, il est important d'organiser le travail de vos salariés en conséquence.

  • Imprimer

L'été arrive et avec lui son lot de journées dépassant les 30 °C. Si cette température est agréable sur une plage, elle l'est nettement moins sur un chantier. Une problématique à ne pas négliger. En premier lieu, vous devez donc indiquer les problèmes induits par les conditions climatiques dans votre document unique d'évaluation des risques professionnels. Puis planifier les tâches de vos salariés en conséquence. De fait, les articles L. 4121-1 et suivants du Code du travail vous obligent à prendre en compte les conditions climatiques dans l'organisation de votre entreprise. Différentes mesures doivent alors être prises. La première consiste à informer les salariés sur les risques encourus. « N'hésitez pas à organiser un rendez-vous hebdomadaire pour faire le point sur la météo à venir, explique Dominique Leuxe, médecin du travail, conseil auprès de l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP). Rappelez les consignes à vos salariés et les bons comportements à adopter » (lire notre encadré).

Des risques à identifier

Sachez que travailler en plein soleil ou quand les températures extérieures sont élevées comporte différents risques: coups de soleil, crampes, épuisement ou coups de chaleur. « Ce dernier peut se révéler mortel dans 15 à 25 % des cas », rappelle Dominique Leuxe. N'oubliez pas non plus que certaines populations sont plus fragiles que d'autres (femmes enceintes, personnes souffrant d'une maladie chronique, personnes pratiquant le jeûne...).

Gardez également à l'esprit que nous ne sommes pas tous égaux face à la chaleur. Il est donc important de rester ouvert et d'écouter les demandes des uns et des autres. Par exemple, la peau asséchée, les maux de tête, les étourdissements ou encore la fièvre sont des symptômes qui doivent vous alerter. Même vos salariés les plus robustes seront plus fatigués et moins vigilants qu'à l'accoutumée. Un point à prendre en compte lors d'interventions risquées.

Ainsi, pour éviter certains écueils, n'hésitez pas à aménager les horaires de travail de vos salariés. Par exemple, débutez vos chantiers plus tôt le matin, aux heures fraîches. « Mettez en place un système de rotation des tâches, complète Dominique Leuxe (OPPBTP), afin que ce ne soient pas toujours les mêmes qui travaillent en plein soleil. » Les pauses doivent également être plus fréquentes pour permettre aux collaborateurs de mieux récupérer. De manière générale, veillez à ce que les efforts de chacun soient plus mesurés, quitte à reporter certains travaux quand il fera plus frais.

Dans le même ordre d'idée, utilisez des équipements de manutention pour les charges lourdes quitte, si vous n'en avez pas, à les louer chez des prestataires spécialisés. Parallèlement, lors de périodes caniculaires

- quand les températures sont supérieures à 25 °C la nuit -, vous pouvez déclarer un chômage technique, voire un chômage intempérie si votre caisse Congés intempéries BTP vous y autorise.

Respectez la loi

Au-delà de l'organisation interne de l'entreprise, le Code du travail oblige l'employeur à installer «des sources d'eau potable et fraîche à proximité des postes de travail» (article R. 4225-2). Dans le BTP, vous êtes aussi tenus, au-delà de 30 °C, à fournir au moins trois litres de boisson non alcoolisée par personne. « Mais attention, rappelle le médecin du travail, évitez les sodas et autres boissons sucrées. L'eau reste ce qu'il y a de mieux pour réhydrater vos salariés. »

La loi impose également d'aménager des espaces de pause, à l'ombre, sur le chantier. Vous pouvez installer des brumisateurs, ou les louer si nécessaire pour une centaine d'euros par jour. Ils soulageront grandement vos équipes et pourront vous éviter certains arrêts de travail.

Enfin, le bon sens doit rester de mise. Par exemple, adaptez les équipements de protection individuelle (EPI) et autres vêtements de travail aux fortes chaleurs. En dehors des tongs, il existe des EPI développés spécifiquement pour aider vos salariés à mieux supporter les températures estivales.

Sauveur Cavataio, gérant de la SARL Cavataio à Saint-Victoret (Bouches-du-Rhône)

Sauveur Cavataio, gérant de la SARL Cavataio à Saint-Victoret (Bouches-du-Rhône)

Témoignage

Sauveur Cavataio, dirigeant d'une entreprise spécialisée dans la maçonnerie et le gros oeuvre dans les Bouchesdu-Rhône, est un habitué des chantiers lors de fortes chaleurs. S'il veille à la bonne hydratation de ses équipes en mettant des points d'eau à leur disposition, il n'hésite pas non plus à revoir l'organisation interne de l'entreprise. Des mesures qui soulagent ses salariés quand les températures deviennent accablantes. « Il faut optimiser les congés des collaborateurs en fonction des périodes de fortes chaleurs, explique Sauveur Cavataio. En juillet et en août, nous travaillons au ralenti. D'habitude, nous faisons un roulement avec deux tiers des salariés. Là, nous inversons la tendance et seulement un tiers des collaborateurs est actif. Il m 'arrive aussi, lorsque les températures dépassent 35 °C, de déclarer un chômage intempérie. » L'artisan adapte également les horaires sur ses chantiers. Plutôt que de débuter le travail à 7 h 30, les salariés commencent à 6 h. Le but: être actif quand il fait frais, quitte à raccourcir la durée de présence sur le chantier. Enfin, Sauveur Cavataio fait aussi attention à son planning de commandes. « Nous nous organisons pour que les chantiers en intérieur soient réalisés durant les périodes estivales, précise-t-il. Il faut pouvoir alterner intérieur et extérieur lorsque cela est possible. » Le gérant prend donc garde à toujours disposer d'un chantier en intérieur pour l'été.

Pour aller plus loin

Quels comportements adopter quand il fait chaud?


Afin que vos collaborateurs soient sensibilisés aux bons gestes à adopter en cas de forte chaleur, voici quelques conseils qui peuvent être affichés dans l'espace information de votre entreprise:
- Boire de l'eau régulièrement, même quand on n'a pas soif ;
- Porter des vêtements amples, légers, en fibres naturelles qui favorisent l'évaporation de la sueur ;
- Protéger sa tête du soleil avec une casquette ou un bandeau ;
- Evitez les boissons alcoolisées ; - Limitez votre consommation de tabac ;
- Evitez les repas trop gras et trop copieux ;
- Cessez immédiatement toute activité dès que des symptômes de malaise se font sentir et signalez-le.


Source: Fiche INRS ED 931 - Travail et chaleur d'été.

CLAIRE POISSON

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet