Développez votre entreprise grâce aux coopératives

Publié par le

Le regroupement en coopérative présente différents avantages, tant au niveau des achats que de la construction. Les entreprises du bâtiment engagées dans ce type d'organisation résistent également mieux à la crise.

  • Imprimer

L'union fait la force. Aussi, il y a plusieurs raisons qui peuvent expliquer l'intérêt pour un artisan de rejoindre une coopérative, qu'il s'agisse d'une coopérative d'achats ou de construction. Comme définies par le ministère de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi, les coopératives d'achats nécessitent un nombre relativement important d'associés (environ 40 à la création), qui peuvent être issus du même corps d'état, afin d'être plus efficaces et, par conséquent, réaliser des gains sur les prix. C'est d'ailleurs l'un des premiers atouts de cette organisation.

@ EGIDIA DEGRASSI / FOTOLIA

Un remède anti-crise?

Les coopératives de construction sont, elles, le plus souvent composées d'entreprises issues de différents corps d'état. L'artisan conserve sa clientèle et peut réaliser des chantiers indépendamment du groupement, afin d'éviter e créer une relation de subordination, voire de dépendance avec la coopérative, au cas où celle-ci venait à disparaître. La coopérative de construction garantit avant tout aux professionnels un volume de travail continu sur l'ensemble de l'année.

En moyenne, au sein de la FFACB (Fédération française des artisans coopérateurs du bâtiment), le chiffre d'affaires réalisé par une coopérative est estimé entre 2 et 3 millions par an. Certaines coopératives peuvent même atteindre 4,5 millions d'euros. Soit entre 30 et 40 réalisations par an, dans le neuf et la rénovation. En 2011, la FFACB a d'ailleurs recensé la création de plus de 1 000 emplois au sein de l'ensemble des entreprises des coopératives membres.

Des résultats encourageants. Les entreprises du bâtiment organisées en coopératives semblent mieux résister à la crise, comme le souligne Anne-Marie Becker, secrétaire générale de la FFACB: « La fédération n'a dénoté aucun dépôt de bilan du côté des entreprises membres. D'ailleurs, avec la crise, les demandes de création de coopératives affluent», affirme-telle. Entre janvier et mars 2012, la fédération a ainsi enregistré 15 nouvelles créations et a été contactée par plus de 90 entreprises. «La coopérative m'a permis de trouver des chantiers plus importants. Car, avec ce type de structure, nous pouvons livrer aux clients des maisons clés en main. Chose que je ne pouvais pas faire avec ma seule activité d'ossature bois », témoigne Johnny Lecuier, dirigeant d'une entreprise spécialisée dans la construction en ossature bois, et qui a monté une coopérative en août 2011. Alors que son chiffre d'affaires annuel représentait 100 000 euros auparavant, il atteignait déjà les 150 000 euros en juillet 2012, au bout de sept mois.

En effet, l'intérêt des coopératives réside dans la possibilité de proposer des contrats de construction de maison individuelle (CCMI), qui impose un cadre juridique très strict aux constructeurs, en instaurant notamment une garantie de livraison à prix et délais convenus. Au final, le client se retrouve avec un interlocuteur unique pour mener à bien son projet.

Juridique
Qu'est-ce qu'une coopérative?

Le territoire d'intervention des coopératives est local ou départemental, très rarement national. Il s'agit d'une société de personnes dont les membres sont immatriculés au répertoire des métiers (75% au moins) et dont l'objet est le développement de leur activité artisanale. Les associés se choisissent librement. La coopérative est créée par des artisans et ce sont eux qui la gèrent. La société coopérative artisanale est une société anonyme (SA) ou une société à responsabilité limitée (SARL). Son capital est variable, ce qui facilite les entrées et les sorties des membres, dont la responsabilité se limite au capital apporté. L'activité de la coopérative est réalisée obligatoirement par les associés, avec une tolérance de 20 % du chiffre d'affaires réalisé avec des tiers non associés. La gestion est démocratique et se fonde sur un principe d'égalité des droits: un associé = une voix, quels que soient la date d'entrée, le capital détenu et le montant des opérations réalisées. À noter qu'un artisan peut être membre de plusieurs coopératives.
Source: ministère de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, www.pme.gouv.fr

L'esprit coopérateur

Mais pour s'engager dans une coopérative, encore faut-il avoir l'état d'esprit qui va avec. Pour cela, Anne-Marie Becker a une maxime: «En intégrant une coopérative, l'artisan passe d'une entreprise solitaire à une entreprise solidaire. » Une conception de l'entrepreneuriat pas toujours évidente. Avant de monter sa coopérative actuelle, Johnny Lecuier a d'ailleurs connu un premier échec: «Il suffit qu'un adhérant ne s'inscrive pas dans cette philosophie pour que cela ne fonctionne pas », affirme-t-il. Autrement dit, dans une telle structure, chacun travaille pour les intérêts du groupe. Sur un chantier, ce n'est donc pas seulement son nom que l'on engage, mais la réputation et la crédibilité de l'ensemble des entreprises de la coopérative. « C'est ce qui s'appelle avoir l'esprit coopérateur», admet Johnny Lecuier. D'ailleurs, au-delà de cette solidarité, Anne-Marie Becker souligne aussi l'intérêt de cette structure pour développer son réseau. De fait, les artisans n'hésitant pas à donner les contacts des membres de leur coopérative à leurs clients personnels. Autre cas de figure: un client qui viendrait, par exemple, vers une coopérative, pour réaliser une clôture en bois. En général, la structure ne prendra pas ce type de chantier. En revanche, elle n'hésitera pas à lui donner le contact d'un menuisier de la coopérative. Cette forme d'organisation peut donc être un moyen intéressant pour permettre à une entreprise du bâtiment de se développer plus rapidement, tout en conservant sa propre identité.

A noter
Pour vous aider à monter une coopérative

- FFACB (Fédération française des artisans coopérateurs du bâtiment): www.ffacb.com
- Orcab (Organisation des coopératives d'achat pour les artisans du bâtiment): www.orcab.com
- Union des coopératives d'achat des artisans ruraux: ZI la Turbanière, 35530 Brece -Tél.: 02.99.22.80.60.

Juliette Plouseau

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet