Donner pour recevoir, c'est ainsi qu'il fidélise ses salariés

Publié par le

Salaire attractif, RTT, intéressement assurance complémentaire et téléphone portable... Jean-Pierre Turies, dirigeant de l'entreprise de vente et pose de placards, Plac'Art, mise sur une politique sociale forte pour fidéliser et récompenser ses salariés.

  • Imprimer

 

Jean-Pierre Turies (2e en partant de la droite) entouré de ses trois salariés à plein temps qu'il fidélise grâce une politique RH dynamique.

Jean-Pierre Turies (2e en partant de la droite) entouré de ses trois salariés à plein temps qu'il fidélise grâce une politique RH dynamique.

Etre salarié d une très petite entreprise et bénéficier des mêmes avantages qu'un cadre dune grande société... C'est une réalité pour les employés de l'entreprise Plac'Art, basée à La Salvetat Saint-Gilles en Haute-Garonne. Un choix que Jean-Pierre Turies, le dirigeant, a fait dès la création de sa structure en 1999: «Ayant moi-même été salarié, je savais pertinemment quelles pouvaient être les attentes de mes futurs collaborateurs. Pour obtenir une qualité de travail pérenne, il faut les motiver et leur donner envie de rester.»

Une politique gagnant-gagnant

Premièrement, les quatre salariés bénéficient d'une rémunération attractive. Ainsi, cite-t-il en exemple l'un de ses salariés, ex-codirigeant d'une entreprise d'ébénisterie. «Il souhaitait redevenir salarié afin, notamment, de profiter d'une meilleure qualité de vie. Je lui ai permis de conserver le même niveau de salaire que quand il était gérant», explique Jean-Pierre Turies. Ses salariés profitent également de nombreux avantages: huit semaines de congés grâce à l'annualisation des RTT, une prime d'intéressement, un téléphone portable gratuit «pour suivre et discuter à tout moment des chantiers», une assurance complémentaire qui garantit les salaires en cas de maladie en complément de la Sécurité sociale (soit une charge supplémentaire pour l'entreprise représentant 1 à 2% annuels de la masse salariale), la prise en charge aux frais réels des repas de midi et deux repas d'entreprise par an.

Verdict? Quasiment aucun arrêt maladie et presque pas de turnover: «En fait, le troisième collaborateur que j avais embauché n'a pas souhaité rester car il préférait être plus encadré au quotidien», confie l'artisan. Car la mise en place de cette politique salariale s'accompagne d'un management particulier: ici, confiance est le maître mot. «Je me consacre à la gestion administrative de l'entreprise, sans avoir besoin de surveiller mes salariés. Plus besoin ou presque d'aller sur les chantiers, je suis en liaison permanente avec eux par téléphone portable si besoin. Bien sûr, il y a parfois des erreurs, mais mes collaborateurs sont alors les premiers à intervenir pour rectifier le tir», souligne le dirigeant de Plac'Art. Autre fruit indirect de ses choix: «C'est le bouche à oreille qui remplit mon carnet de commandes car les clients, satisfaits, n'hésitent pas à me recommander», précise Jean-Pierre Turies. Une belle illustration d'une maxime que l'artisan a fait sienne: «On ne récolte que ce que l'on sème».

Repères

>Raison sociale Plac'Art
> Activité Vente et pose de placards
> Ville La Salvetat Saint-Gilles (Haute-Garonne)
> Année de création 1999
> Dirigeant Jean-Pierre Turies, 45 ans
> Effectif 5 personnes
> CA 2008 700 000 Euros

Virginie Grolleau

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet