Mon compte Devenir membre Newsletters

Echec des négociations sur la pénibilité au travail

Publié le par

Un ouvrier a moins de chances de profiter de sa retraite qu'un cadre. Selon les statistiques de l'Institut national des études démographiques, l'écart d'espérance de vie entre les deux populations est, en effet, de six ans. Le cadre a également la chance de pouvoir en profiter «en bonne forme physique» dix ans de plus que l'ouvrier.

Ces inégalités divisent toujours syndicats et patronat. Des négociations sont en cours depuis 2005 pour trouver des solutions qui tiennent compte de la pénibilité au travail (bruit intense, vibrations, port de charges lourdes, etc.). D'un côté, les syndicats souhaitent un dispositif de retraite anticipée pour les ouvriers ayant occupé des postes pénibles. De l'autre, le patronat privilégie un aménagement du temps de travail sous forme d'un mi-temps payé 60 % de l'ancien salaire, à condition que l'Etat paye les 40% complémentaires, et ce, durant les deux ou trois dernières années d'activité.

Le patronat, ne souhaitant pas se retrouver face à de nouveaux régimes spéciaux de retraite, a décidé que le temps de la négociation était révolu. Au ministre du Travail, Xavier Bertrand, de récupérer cet épineux dossier. Ce dernier a assuré qu'il reprendrait les discussions dès la rentrée avec les négociateurs des deux parties.

)