Embaucher un senior grâce au cumul emploi-retraite

Publié par le

Vous rencontrez des difficultés à trouver du personnel qualifié? L'embauche d'un senior qui cumule sa pension de retraite avec un emploi constitue une solution souvent méconnue et pourtant avantageuse. Explications.

  • Imprimer

Bénéficier du savoir-faire des seniors, même retraités, c'est possible. Le cumul emploi-retraite, dispositif mis en place depuis 2003, permet en effet à un retraité du régime général de reprendre une activité salariée. Avec deux motivations principales: la volonté de générer un complément de salaire mais aussi, très souvent, «le besoin de s'occuper pour ne pas arrêter brutalement toute activité», constate Marie Edel, responsable de l'agence d'intérim Start People, à Pau, qui inaugure le dispositif à destination des seniors. Le salarié peut alors cumuler son salaire avec ses pensions de base et complémentaire, du moins tant que le total ne dépasse pas le montant de son dernier salaire. Ou, si cette solution lui est plus favorable, qu'elle ne dépasse pas 1,6 fois le montant du Smic, soit 2 048 euros bruts par mois, dans la limite annuelle de 1 820 heures. «Il est important que l'entreprise s'assure d'avoir un écrit mentionnant le montant du salaire que le salarié ne doit pas dépasser», prévient néanmoins Marie Edel. Une démarche que seul le retraité peut entreprendre auprès de ses caisses de retraite, «lesquelles ne sont pas forcément au courant de ce qui est possible», regrette la responsable. Or, le risque est important pour le salarié: il s'expose à la suspension du versement de sa retraite, nécessitant pour l'employeur une gestion fine des heures effectuées.

Un senior peut répondre à un surcroît d'activité, apporter une expertise métier ou encore transmettre son savoir-faire.

@ IRINA FISCHER/FOTOLIA/LD

Un senior peut répondre à un surcroît d'activité, apporter une expertise métier ou encore transmettre son savoir-faire.

Qui recruter?

La mesure s'applique à vos anciens salariés, mais avec une contrainte: vous devez attendre six mois avant de leur proposer un nouveau poste. En revanche, il n'existe aucune restriction pour les embauches externes. Attention néanmoins: quel que soit son origine, le retraité ne peut prétendre à un emploi qu'une fois sa pension liquidée par sa caisse de retraite.

L'un des avantages du cumul emploi-retraite est d'être compatible avec n'importe quel contrat, CDD, CDI ou même intérim. De même, il n'existe, en principe, pas de restriction d'activité. En pratique pourtant, les seniors embauchés sont souvent exigeants. A l'image de Jean-Claude Ferdinand, électricien-climaticien, qui profite du cumul emploi-retraite depuis trois ans et choisit ses chantiers en fonction de leur intérêt: «Je fais très peu d'électricité et beaucoup plus de mises en service de climatisation et de planchers chauffants, techniquement intéressants», explique-t-il. Marie Edel de Start People observe pour sa part deux périodes dans l'activité des seniors: «De 60 à 62 ans, ils travaillent régulièrement. Ensuite, ils sont souvent plus fatigués ou ont de nouvelles priorités et ils basculent doucement vers la retraite complète.» Difficile, enfin, d'imaginer leur confier des travaux pénibles... En revanche, les compétences des seniors leur permettent aussi bien de répondre à un surcroît d'activité, que d'apporter une expertise métier pointue. Troisième atout: ils sont généralement volontaires pour transmettre leur savoir-faire, notamment auprès des jeunes. Pour trouver ces profils, il existe plusieurs voies. D'abord, des cabinets de recrutement spécialisés dans l'emploi des seniors, comme Atout Senior ou Senior Pro en région Rhône-Alpes, ont fait leur apparition. Ensuite, les agences d'intérim commencent à investir ce créneau, notamment dans les secteurs en pénurie de main-d'oeuvre comme le bâtiment. Enfin, troisième voie à privilégier: l'information, en amont, de vos salariés proches du départ à la retraite et susceptibles d'être intéressés par le dispositif.

A savoir
Améliorations à l'étude

Le gouvernement étudie différentes pistes pour améliorer le dispositif du cumul emploi-retraite. Certains assouplissements étaient attendus pour fin 2007, mais il faudra finalement patienter jusqu'à la mi-avril. La loi du 21 août 2003, portant réforme des retraites, a en effet fixé le principe d'une rencontre avec l'ensemble des acteurs concernés, pour ouvrir une nouvelle étape dans l'ajustement du système de retraites. «Au-delà du sujet du cumul emploi-retraite stricto sensu, toute disposition allant dans le sens de l'activité après 60 ans est à privilégier», a par ailleurs précisé François Fillon dans une lettre à son ministre du Travail, Xavier Bertrand.

NELLY LAMBERT

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet