Embauchez via un groupement d'employeurs

Publié par le

Partager son personnel avec d'autres entreprises, telle est la possibilité offerte par les groupements d'employeurs, associations loi 1901. Idéal pour des besoins saisonniers récurrents ou en temps partiel, ce système présente de nombreux avantages. Explications.

  • Imprimer

Créé en 1985, le groupement d'employeurs (GE) est une association loi 1901 à but non lucratif dont l'objet est de recruter du personnel en contrat à durée indéterminée et de le mettre à disposition d'entreprises adhérentes. «Le groupement construit des emplois à temps plein avec des morceaux d'activités générés par différentes entreprises», précise Claude Derosier, présidente de l'Union des groupements d'employeurs de France (Ugef ).

Flexibilité pour l'employeur, sécurité pour le salarié. Ce système permet de combler des besoins de main-d'oeuvre à temps partiel, ponctuels et récurrents. Vous pouvez ainsi partager une secrétaire, un comptable et même un ouvrier avec une ou plusieurs entreprises.

Vous êtes donc susceptible de faire travailler une personne qui collabore avec un concurrent. «Le salarié signe une clause déontologique de confidentialité qui lui impose de ne communiquer aucune information à ses autres employeurs», signale Claude Derosier. D'autre part, le licenciement est peu aisé dans la mesure où il met à mal l'organisation mise en place par le GE. Le salarié étant en CDI, il faut arriver à le replacer au sein des autres entreprises adhérentes. Dans le cas contraire, ces dernières seront solidaires financièrement, c'est-à-dire qu'elles prendront en charge la partie manquante du salaire. «Un groupement ne fonctionne qu'avec des entreprises ayant conscience de cette responsabilité même si le cas se présente rarement, souligne Claude Derosier. C'est une démarche intellectuelle difficile en France, car le dirigeant s'engage dans la durée.»

Mais les avantages sont nombreux. Toute la procédure de recrutement est prise en charge par le GE, qui vous y associe aux moments-clés. Une fois recrutée, la personne n'a qu'un employeur: le GE, qui gère la paye, le contrat de travail, la formation, etc. Vous devez régler une facture de mise à disposition, au prorata des heures travaillées. Le coût? De 1,75 à 1,90 fois le salaire brut, ce qui correspond au salaire chargé et aux frais de gestion. A quoi s'ajoutent un droit d'entrée et une cotisation annuelle de quelques centaines d'euros pour adhérer au GE. Contrairement à l'intérim, vous bénéficiez d'une main-d'oeuvre fidélisée, car en CDI, qui connaît l'entreprise et le travail confié. D'ailleurs, si vous arrivez à l'occuper à plein-temps, son embauche est possible. Seul bémol: le règlement intérieur, précisant les modalités de fonctionnement du GE, prévoit souvent une période de 18 à 24 mois pendant laquelle le débauchage n'est envisageable qu'en dédommageant le GE. «De l'ordre d'un à deux mois de salaire, ce qui couvre le coût de la procédure d'embauche. Le groupement n'a pas vocation à se transformer en cabinet de recrutement», tient à préciser Claude Derosier.

OU TROUVER UN GROUPEMENT D'EMPLOYEURS?

Il existe 300 groupements multisectoriels. Les adhérents à l'Ugef sont listés sur www.ugef.fr. Vous pouvez aussi opter pour un GE spécifique, répandu dans le bâtiment: le Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification (Geiq - www.geiq.net) qui embauche des jeunes non-qualifiés, des demandeurs d'emploi, etc., les met à disposition des entreprises en organisant une alternance entre apprentissage théorique et situations de travail concrètes.

CARINE GUICHETEAU

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet