Mon compte Devenir membre Newsletters

Et l'artisan recréa la nature

Publié le par

Eco-sculpteur, Paul-Louis Duranton met en scène des écosystèmes, composés de végétaux et d'animaux, destinés aux intérieurs. Entre fidélité à la nature et pied de nez créatif.

 

Paul-Louis Duranton, Eco-sculpteur

«J'aime recréer des espaces naturels, mais aussi concevoir des associations qui n'existent pas.»

Une recherche permanente de l'équilibre. C'est ainsi que l'on pourrait définir l'activité de Paul-Louis Duranton, éco-sculpteur à Meilleray, en Seine-et-Marne. «Mon but est de recréer un petit morceau de nature harmonieux, rapporté à l'échelle humaine», décrit ce paysagiste d'un genre nouveau. Ses oeuvres réunissent eau, végétaux et animaux, dans un écosystème autonome. «Les nitrates produits par les poissons ou grenouilles constituent l'engrais pour les plantes, qui à leur tour fournissent les planctons pour nourrir les animaux marins», explique l'artisan. Si le risque est grand d'assembler des éléments qui se détruisent entre eux, Paul-Louis Duranton ne craint pas cet écueil, il a en effet suivi des études en aquariologie et biologie marine. «J'étais passionné par les sciences marines, mais je n'étais pas intéressé par l'aspect productiviste de l'aquaculture, confie-t-il. Il me manquait la dimension esthétique.»

Un métier créé de toutes pièces

Le déclic de sa vocation a eu lieu il y a 16 ans, après un congé sabbatique de cinq mois à l'Ile Maurice, où il découvre, émerveillé, la richesse des paysages aquatiques. «Tout s'est assemblé dans mon esprit comme un puzzle lorsque j'ai réalisé que les plantes dans leur milieu naturel s'adaptaient au niveau d'eau environnant, en transformant leurs racines.» A 26 ans, il décide donc de quitter son emploi à l'aquarium tropical du Palais de la Porte Dorée à Paris, pour créer sa profession de toutes pièces, épaulé par son épouse mauricienne, aujourd'hui assistante à l'Atelier. Depuis, le paysagiste d'intérieur a réalisé de multiples éco-sculptures, destinées aux sièges sociaux d'entreprises, mais aussi aux particuliers, une clientèle qu'il souhaite développer, dans un esprit de démocratisation. L'artisan laisse librement s'exprimer sa créativité, jouant parfois les apprentis sorciers, avec des associations «surréalistes» qui n'existent pas dans la nature, comme des poissons tropicaux asiatiques entourés de papyrus, originaire d'Afrique. D'ailleurs, s'il se dit sensibilisé à l'écologie, il n'est pas hostile aux manipulations génétiques. Paul-Louis Duranton évoque avec enthousiasme l'exemple de poissons phosphorescents grâce à l'introduction dans leur ADN d'un gène de méduse. «Mon métier me permet de revivre mes émotions d'enfant, résume l'éco-sculpteur, lorsque je suivais des cours d'eau pour découvrir un milieu où s'épanouissent ensemble faune et flore, sans intervention humaine.»

Bio

- 1987
Il entre à l'Institut des sciences et techniques de la mer.
- De 1988 à 1992
Il travaille à la maintenance pour le fabricant d'aquarium Coutans.
- De 1993 à 1996
Il perfectionne le concept d'éco- sculpture.
- 1996
Création de l'Atelier Paul-Louis Duranton.

CELINE KELLER

)