Mon compte Devenir membre Newsletters

Facebook, Twitter, Viadeo: consolidez votre notoriété

Publié le par

Après s'être ouverts au grand public, les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Viadeo font leurs premiers pas dans les TPE. Leur rôle est de développer la marque de l'entreprise, de prospecter de nouveaux clients, de fidéliser ceux existants ou de recruter un salarié.

E-réputation, média social, «hubs» ou groupes actifs. Si ces termes sont aujourd'hui connus du grand public, ils le sont moins des dirigeants de TPE. Selon un sondage réalisé par l'institut Sage en novembre 2009, deux tiers des entreprises estiment que ces outils sont l'avenir de la collaboration mais seules 20 % d'entre elles disposent d'une stratégie pour l'adopter. «Les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter ou Viadeo sont encore peu répandus dans les TPE car les dirigeants, par manque de temps, ne sont pas nombreux à se pencher dessus et à les exploiter de façon maximale, explique Damien Valdan, codirigeant de Rivalis, spécialiste du conseil en gestion pour les TPE. Ils représentent pourtant un formidable levier de croissance s'ils sont utilisés correctement.» Philippe Le Galéry, directeur d'une entreprise de maçonnerie en Bretagne, s'est inscrit il y a trois mois sur le site Facebook qui regroupe, à ce jour plus, de 15 millions d'utilisateurs dans l'Hexagone. « Des connaissances et ma famille m'ont incité à créer une page pour augmenter la visibilité de mon entreprise. Je poste des informations et des actualités sur le site et partage même des photos de mes différents chantiers. » Autre avantage: la création d'une page est gratuite et ne prend que quelques minutes. La véritable force de ce réseau social est le partage, autrement dit la possibilité pour les internautes d'échanger et de se définir à travers les contenus. Selon Mickaël Bechler, dirigeant d'Actinium, agence spécialisée dans la promotion des TPE-PME, les artisans doivent prendre en compte cette dimension affective en créant de l'interactivité par le biais d'événements ou de fan pages, c'est-à-dire la conception d'un profil permettant de réunir des clients potentiels et d'insérer des messages. Plutôt que de vanter son savoir-faire, il est préférable de commenter des photos, de parler des chantiers déjà réalisés, d'en montrer les différentes étapes. De plus, si les entreprises disposent d'un site web, ces réseaux sociaux sont un bon moyen d'augmenter leur référencement et constituent une excellente carte de visite virtuelle.

Faire vivre son profil

Associer Facebook à d'autres réseaux sociaux comme Twitter est recommandé. Apparu en février 2009, ce dernier permet d'enregistrer vos informations sous forme de «tweets», des messages de 140 caractères, mais également d'ajouter une photo ou une courte biographie de votre entreprise. « Si Facebook in forme et fidélise sa clientèle, Twitter s'apparente à un outil de veille pour les professionnels et permet, à l'aide d'un formulaire avancé et de l'insertion de mots-clés, de faire une recherche de fournisseurs ou de clients en temps réel », poursuit Damien Valdan.

Troisième outil: Viadeo. Ce site de mise en relation entre professionnels compte un peu plus de 2 millions de membres en France. Il permet aux entreprises de décrire succinctement leur profil (adresse, métier, équipe dirigeante, forum), mais aussi d'accroître leur visibilité vis-à-vis de futurs collaborateurs, de fournisseurs ou de clients. Il est un des rares outils à concilier le réel et le virtuel grâce à ses espaces «hubs business» permettant de regrouper des professionnels d'une même ville ou d'un même département lors de réunions. Afin d'optimiser à 100 % son potentiel, avec par exemple un affichage prioritaire de votre profil lors de recherches, il vous faudra souscrire un abonnement (à partir de 7 Euros par mois).

Les sites des réseaux sociaux ne sont cependant pas un outil miracle. Car après avoir déterminé quel type de présence développer et sur quelles pages, le professionnel se doit d'offrir une expérience différenciante à ses fans et alimenter régulièrement sa page. « Le dirigeant doit être discipliné et consacrer, au minimum, deux heures par semaine à l'actualisation de son profil. Plus il transmet d'informations, plus il est crédible. Dans le cas contraire, la société renverra une image peu favorable», souligne Mickaël Bechler. Enfin, la page du professionnel ne doit pas ressembler à une brochure commerciale et doit présenter une interface graphique simplifiée, intuitive et accessible à tous.

)