Il aide à la réinsertion d'un jeune délinquant

Publié par le

Par conviction et philantropie, Roger Ciboulle, gérant d'une entreprise de bâtiment, est devenu parrain d'un jeune délinquant. Sa mission? Le remettre sur les rails de la vie professionnelle. Un challenge au long cours qu'il a décidé de relever.

  • Imprimer

Trois jours par semaine, Marc Ndlr: Pour des raisons de confidentialité, le prénom du jeune homme a été modifié , vingt ans, sous mandat judiciaire, découvre le secteur du bâtiment en travaillant sur les chantiers de Roger Ciboulle, son parrain chef d'entreprise. Les deux autres jours de la semaine, Marc les consacre à la formation. Au programme: école de cirque et remise à niveau en français et maths. «Cette formation est complètement adaptée à ses besoins, souligne Roger Ciboulle. Sur les chantiers, je repère les problèmes qu'il rencontre et j'en informe son réfèrent éducatif, qui fait alors le nécessaire pour que l'enseignement dispensé vienne combler ses lacunes.»

SITE

POURQUOI PAS VOUS?


Le programme Parrainez un jeune qui a raté une marche de la vie«, lancé par le ministère de la Justice, s'adresse aux patrons qui veulent aider un jeune placé sous mandat judiciaire à se réinsérer dans la vie active. Plus d'info sur: www. parrainage. justice.gouv.fr.

Car, depuis un an, le patron de la Sociétale du Bâtiment, entreprise d'insertion, est le parrain bénévole d'un «jeune qui a raté une marche de la vie». Epaulé par Sophie Petit, un réfèrent éducatif issu de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), l'entrepreneur de 53 ans s'efforce d'initier Marc au monde de l'entreprise, de lui redonner le goût du travail et de lui apporter les outils nécessaires à sa «renaissance». «Je m'occupe de la vie professionnelle de Marc, résume-t-il. Pour le reste, c'est le rôle de Sophie Petit.» Et d'évoquer ce jour où le jeune homme s'est retrouvé à la rue, du jour au lendemain. «Roger Ciboulle m'a alors alerté de la situation, raconte Sophie Petit. Je me suis aussitôt chargée de lui trouver une place en foyer déjeunes travailleurs. Nous travaillons en binôme. Le parrain n'est pas livré à lui-même. Nous l'accompagnons tout au long de son parrainage.» Un soutien indispensable au regard du public concerné: de jeunes délinquants en rupture avec le système, sans qualification. . . Mais Roger Ciboulle peut être fier: les résultats ne se sont pas fait attendre. Marc apparaît moins agressif. «Il s'intègre pafaitement sur les chantiers», témoigne Roger Ciboulle, qui se définit comme le «père spirituel» de ce jeune homme «en mal de repères». «Ces jeunes sont issus de milieux difficiles, ils ne savent pas ce que signifie tendre la main à quelqu'un. C'est à nous, parrains, de leur faire apprécier le «monde réel»!» Une mission qu'il mènera à bien jusqu'au jour où Marc volera de ses propres ailes. Malheureusement, tout ne se passe pas toujours comme prévu. Car, au début de cet automne, Marc a récidivé. Verdict: cinq mois de prison ferme, une peine qu'il vient de finir de purger. Un accident de parcours qui n'a pas mis fin à leur relation, le courrier ayant pris le relais.

Roger Ciboulle participe au parrainage de jeunes délinquants.

@ TIME LILLE

Roger Ciboulle participe au parrainage de jeunes délinquants.

Repères

- RAISON SOCIALE
La Sociétale du Bâtiment
- VILLE
Lille (Nord)
- DIRIGEANTE
Roger Ciboulle, 53 ans
- EFFECTIF
6 salariés
- CA2005
150 000 Euros

Carine Guicheteau

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet