En ce moment En ce moment

Il conjugue tradition avec innovation

Publié par le

Héritier d'un savoir-faire familial transmis pendant trois générations, Patrice Rivière, dirigeant des Terres cuites de Raujolles, a su insuffler à son métier de céramiste un vent de renouveau.

  • Imprimer

Conception de carreaux de céramiques, restauration de monuments historiques et exportation de ses céramiques au Japon, en Jordanie et aux EtatsUnis... Patrice Rivière est sur tous les fronts. L'artisan a pris les commandes des Terres cuites de Raujolles dans les années quatre-vingt-dix et n'a cessé de faire évoluer la société depuis. En effet, l'entreprise a commencé par la fabrication de briques avant d'élargir son activité à la faïence. «Je suis né dans l'argile et ça m'a toujours plu», résume Patrice Rivière. A l'époque, c'est son père, Claude, qui dirige la société. Le jeune homme passe ses étés à travailler dans l'entreprise familiale pour gagner de l'argent de poche. «Le savoir-faire transmis depuis mon arrière-grand-père est très précieux, car il n'existe pas de formation dans le domaine de la céramique artisanale», explique-t-il.

Solide réputation

Ce savoir-faire lui permet, en 1992, de participer à son premier chantier historique, en créant, à la main, les éléments du sol de l'aile Richelieu du Louvre. C'est le début d'une longue liste de chantiers, de la Maison Carrée à Nîmes au château de Blois. L'artisan acquiert rapidement une notoriété parmi les architectes du secteur. «J'aime restaurer les monuments historiques, témoigne-t-il, notamment pour l'étape préliminaire de recherches qu'ils impliquent.» Pour parvenir à restituer l'aspect initial d'un bâtiment, Patrice Rivière travaille à partir d'échantillons préservés, puis réalise une réplique, la plus fidèle possible.

Si la restauration de monuments anciens constitue une part importante de son activité, Patrice Rivière est également friand d'innovation. Les Terres cuites de Raujolles se sont ainsi taillé une solide réputation dans la conception de carreaux de décoration inédits. Pour faire connaître ses nouveaux produits, le dirigeant n'hésite pas à se déplacer sur les salons français et à voyager à l'étranger pour décrocher des marchés. La société a notamment fabriqué des faïences expédiées en Jordanie afin de décorer le Palais du roi. Malgré ce travail de représentation, Patrice Rivière est resté un artisan: «Je participe au processus de fabrication, souligne-t-il. L'extraction de l'argile, le concassage, la cuisson et l'émaillage.» C'est aussi un dirigeant ambitieux qui a donné un nouveau souffle à l'entreprise familiale. Ses deux fils, âgés de 8 et 12 ans, assureront-ils la relève aux commandes de cette société florissante? «Ils feront le métier de leur choix», précise l'artisan. En attendant, ils s'exercent déjà au modelage.

Parcours

- Début des années 1990
Il devient dirigeant des Terres de Raujolles.
- 1992
Premiers chantiers avec les Monuments historiques.
- 1998
Export vers le Japon.
- 2000
Restauration du Château de Blois.
- 2005
Chantier du Palais du roi de Jordanie.

Patrice Rivière, céramiste, a perpétué la tradition familiale tout en réactualisant la production.

Patrice Rivière, céramiste, a perpétué la tradition familiale tout en réactualisant la production.

Repères

RAISON SOCIALE
Terres cuites de Raujolles
- ACTIVITE
Céramique
- VILLE
Creissels (Aveyron)
- ANNEE DE CREATION
1830
- DIRIGEANT
Patrice Rivière, 41 ans
- EFFECTIF
7 personnes
- CA 2006
1 million d'euros

Céline Keller

Sur le même sujet