Il donne leur chance à des jeunes en difficulté

Publié par le

Concilier engagement social et recrutement réussi, c'est ce qu'a accompli Jean-Marc Clerc, gérant d' une entreprise de couverture, en adhérant au Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification de Toulouse.

  • Imprimer

Sur les 18 salariés travaillant dans l'entreprise de plomberie et couverture PCZC à Toulouse, deux ont été recrutés via un Geiq, Groupement d'employeurs pour l'insertion et la qualification. Ce dernier embauche en CDI des personnes en situation sociale difficile (en rupture familiale ou avec la vie active par exemple) et leur assure un accompagnement au niveau de la formation, mais aussi aux niveaux psychologique et social Les salariés sont intégrés à des entreprises qui signent avec le groupement un contrat d un an de «mise à disposition». La structure verse alors au Geiq 1,90 fois le salaire brut. Le groupement reverse ensuite l'équivalent du Smic à son salarié. La structure, à l'instar de PCZC, est alors chargée de mettre le salarié sur des rails, afin de lui faire intégrer les contraintes inhérentes à la vie en société. Une situation parfois délicate. «Les difficultés d'insertion vont de pair avec la perte du cadre social, explique Jean-Marc Clerc, dirigeant de PCZC, Cela engendre une résistance aux règles collectives.» Conséquence? Les salariés du Geiq manquent parfois d'assiduité, arrivant par exemple en retard. Jean-Marc Clerc prend alors le temps de leur parler pour les recadrer, mais l'investissement est modéré: moins d'une heure par semaine. Les chefs d'équipe sont également particulièrement attentifs à leur implication, en surveillant leur présence et la qualité de leur travail, afin de pouvoir réagir rapidement. «Tous les salariés sont sensibles à la dimension sociale de ces recrutements et tous y mettent du leur», certifie Jean-Marc Clerc. Mais que se passe-t-il si l'employé ne donne pas satisfaction ? «S'il ne travaille pas correctement après plusieurs rappels à l'ordre, nous mettons fin au contrat de mise à disposition. Il revient alors dans le giron du Geiq. Mais ça n'est jamais arrivé chez nous», répond le gérant. Ce dernier se dit d'ailleurs pleinement satisfait des ouvriers du Geiq qui travaillent avec lui actuellement.

La mission sociale du dirigeant

L'un deux, Ghislain, un couvreur de 28 ans, a passé son CAP à la fin de son contrat dans l'entreprise, puis a été embauché directement par PCZC début septembre. Un événement d'importance pour le jeune homme mais aussi pour Jean-Marc Clerc. «Quelle joie! résume-t-il. J'ai l'impression d'avoir rempli mon rôle dans la société.» Cependant, la vocation de l'entreprise n'est pas uniquement sociale, comme le rappelle Jean-Marc Clerc. «J'ai embauché Ghislain pour ses compétences, et parce que le chiffre d'affaires le permettait. Mon objectif demeure avant tout la réussite économique de l'entreprise», conclut-il.

En passant par un Geiq, Jean-Marc Clerc, gérant de l'entreprise PCZC, participe à l'insertion de personnes en difficulté sociale.

En passant par un Geiq, Jean-Marc Clerc, gérant de l'entreprise PCZC, participe à l'insertion de personnes en difficulté sociale.

Repères

- Raison sociale
Scop PCZC
- Activité
Plomberie, couverture, zin guérie et charpente
- Ville
Toulouse (Haute-Garonne)
- Année de reprise
2009
- Dirigeant
Jean-Marc Clerc, 40 ans
- Effectif
18 personnes
- CA 2009
1,6 MEuros

Céline KELLER

Sur le même sujet