En ce moment En ce moment

Il fait sa pub sur une montgolfière

Publié par le

Menuiserie. Quand l'opportunité s'est présentée de faire de la publicité sur une montgolfière pour son entreprise de menuiserie, Alain Lacour n'a pas hésité, malgré l'investissement financier important. Un moyen de communication original qui séduit clients et fournisseurs.

  • Imprimer

Une montgolfière flotte dans le ciel angevin. Jaune, elle attire l'oeil, et notamment sur une publicité qui ne passe pas inaperçue: celle de l'Atelier Lacour, une petite menuiserie située à Trélazé dans le Maine-et-Loire. A son bord? Six bons clients et fournisseurs du gérant Alain Lacour et le pilote. Un moment que le chef d'entreprise espère inoubliable: «Offrir un baptême de l'air en montgolfière, c'est bon pour le business, assure-t-il. Cela crée une proximité, une relation privilégiée avec les partenaires clé de l'entreprise.»

Une notoriété accrue

En 2003, pour inaugurer l'ouverture de son deuxième atelier, Alain Lacour veut récompenser ses 16 salariés et leur offre un baptême de l'air dans l'aéronef pensé par les frères Montgolfier. Le contact passe entre l'artisan et le propriétaire du ballon qui lui propose de sponsoriser sa prochaine acquisition, une montgolfière de six places.

L'investissement est de taille: 30 000 euros. Néanmoins, Alain Lacour y voit une excellente opportunité de publicité. Il contracte un prêt sur cinq ans et négocie, en outre, une centaine de vols sur cette même durée qu'il pourra offrir à ses fournisseurs et clients. Résultat: Alain Lacour est conquis. «La montgolfière est un support de pub extraordinaire qui apporte une notoriété considérable.» En effet, le ballon sillonne toutes les semaines le département, soit la zone de chalandise de l'entreprise.

Repères

> Raison sociale Atelier Lacour
> Activité menuiserie agencement
> Ville Trélazé (Maine-etLoire)
> Année de création 1999
> Dirigeant Alain Lacour, 44 ans
> Effectif 29 personnes
> Chiffre d'affaires 2007 2,5 millions d'euros

Si les retombées sont difficiles à évaluer, Alain Lacour, surnommé localement «le monsieur au ballon», estime que ce moyen de communication véhicule une image positive de son entreprise en plus de soigner sa relation client. «Il permet une bonne mémorisation du nom de ma société, même si c'est de façon inconsciente», analyse-t-il. Satisfait de son investissement, il songe désormais à acquérir une dynabulle, sorte de montgolfière avec un moteur d'ULM, ce qui la rend dirigeable. Cette fois, son entreprise en serait propriétaire et il développerait une activité spécifique, car le chef d'entreprise, devenu un vrai passionné, a décidé de passer son brevet de pilote. Il s'en servirait toujours pour sa publicité, permettrait à d'autres sociétés d'en faire ponctuellement et pourrait également photographier des chantiers. Reste que l'investissement est de taille, de l'ordre de 45 000 à 70 000 euros.

Alain Lacour a choisi un support de publicité original pour son entreprise de menuiserie: une montgolfière.

CARINE GUICHETEAU

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet