Il travaille à ressouder son équipe

Publié par le

Un problème relationnel dans une équipe, et c'est toute l'entreprise qui se trouve en danger. Pour restaurer la sérénité, Philippe Bertrand a mis en place un entretien annuel avec chacun de ses salariés.

  • Imprimer

 

Repères

- RAISON SOCIALE L'Espace Vert
- VILLE Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
- ANNEE DE CREATION 1984
- DIRIGEANT Philippe Bertrand, 49 ans
- EFFECTIF 10 personnes
- CA 380 000 Euros

Aujourd'hui, Philippe Bertrand, gérant de L'Espace Vert, a rendez-vous avec l'un de ses salariés. L'ordre du jour? Son entretien individuel. Il s'agit, une grille d'évaluation à l'appui, de faire le point sur une année de collaboration. Les points positifs, les problèmes rencontrés, les perspectives d'avenir, tout est passé en revue, dans le cadre d'une discussion constructive. «Avec ce nouveau système, mes salariés peuvent s'exprimer librement, se félicite Philippe Bertrand Et mieux vaut entendre leurs éventuelles critiques, plutôt que de les ignorer Cela permet d'éviter toute mauvaise surprise» Philippe Bertrand parle en connaissance de cause. Le syndrome «cocotte- minute», il l'a expérimenté. A ses dépens. En 2005, l'un de ses employés, présent dans l'entreprise depuis six ans, et qui ne posait pas de problème, change brusquement de comportement. Sautes d'humeur, mauvais esprit et, pire, manipulation de ses collègues. En quelques mois de «délires», il parvient à semer la zizanie dans l'équipe. «Son attitude a créé des clans, explique Philippe Bertrand II avait ses partisans et ses opposants, avec des rivalités internes dans chaque camp, notamment entre les chefs d'équipe L'ambiance de travail est vite devenue lourde, presque délétère»

Face à cette situation, médite pour lui, Philippe Bertrand n'a pas su réagir à temps. «Je n'ai rien vu venir, analyse-t-il Et je n'étais pas formé à faire face à ce genre de conflit» Pour s'en sortir, il se tourne vers la Chambre de métiers de Nanterre, qui lui délègue l'un de ses experts. C'est ce dernier qui, le premier, suggère de mettre en place des entretiens individuels, comme moyen de crever l'abcès.

Donner une impulsion nouvelle à l'entreprise

En 2005 et 2006, le système est resté empirique: l'urgence était d'apaiser la tension. Finalement, le fauteur de troubles est licencié. Pour autant, Philippe Bertrand décide de poursuivre et développer le système des entretiens individuels. Mieux: il compte dessus pour donner une nouvelle impulsion à sa petite affaire. «Ce qui s'est passé laisse des traces. II faut maintenant restaurer une ambiance sereine» C'est pourquoi, parallèlement à ces entretiens annuels, l'artisan instaure des réunions regroupant l'ensemble du personnel. «C'est l'occasion de communiquer sur le bilan de l'année, la rentabilité et les résultats de l'entreprise, raconte-t-il C'est vital pour impliquer tout le monde»

Avec ces entretiens, Philippe Bertrand implique son personnel.

Avec ces entretiens, Philippe Bertrand implique son personnel.

A savoir

Depuis la promulgation de la loi «sur la formation professionnelle tout au long de la vie», en mai 2004, tout salarié ayant au moins deux années d'ancienneté dans une entreprise a droit à un entretien professionnel. Ses modalités d'application et sa mise , en oeuvre dépendent de l'accord de branche dont relève votre entreprise.

Jean-Noël Caussil

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet