Mon compte Devenir membre Newsletters

Ils vendent leur maison pour sauver leur affaire

Publié le par

Devant les difficultés financières de leur société de mécanique générale, Corinne et Frédéric Seillier ont vendu leur habitation afin de résorber la dette de leur entreprise.

L'entreprise aujourd'hui

 

Le 1er mai 2007, Corinne et Frédéric Seillier ont fêté les dix ans de leur entreprise de mécanique générale, USPA, qui emploie aujourd'hui douze salariés et deux intérimaires. «Notre ambition actuelle est de continuer à faire des bénéfices et de développer le marché de nos fournisseurs», souligne la cogérante.

Les Seillier ont pu fêter les dix ans de leur entreprise grâce à leur ténacité.

@ DAVID CHEDOZ

Les Seillier ont pu fêter les dix ans de leur entreprise grâce à leur ténacité.

Sa crise

 

Entre 1999 et 2002, la conjoncture est favorable: les commandes se multiplient et l'entreprise embauche pour répondre à la demande. Mais 2002 marque le début du ralentissement de l'activité. La société compte alors 35 salariés. «Les charges étaient trop élevées par rapport au chiffre d'affaires», se souvient Corinne Seillier. USPA s'endette auprès de ses partenaires: fournisseurs, Urssaf et Assedic, jusqu'à atteindre la limite de l'autorisation de découvert. Les époux décident alors de resserrer l'activité de la société autour de la production, éliminant la section commerciale, le service après-vente et le bureau d'études. Une première vague de licenciements est décidée en septembre, suivie d'une autre, quatre mois plus tard. Au total, vingt personnes quittent l'entreprise, mais cela ne suffit pas. «La fermeture a même été envisagée. Mais devant l'énergie développée pour la sauver, nous avons décidé de prendre le taureau par les cornes.»

Son rebond

 

Après avoir analysé la situation avec leur comptable, les Seillier choisissent de vendre leur maison pour injecter de l'argent dans la société. Appelée «abandon de compte courant», la mesure autorise les associés à céder des biens à leur entreprise, en attendant de récupérer leur mise. Le couple habite désormais le logement de fonction situé dans l'enceinte de l'entreprise. «Le geste était risqué, mais il a été très apprécié par la banque», note Corinne Seillier. Si la vente de la maison, à 90 000 Euros, n'éponge qu'un quart du montant de la dette, elle décide le banquier, non seulement à leur accorder une nouvelle autorisation de découvert et un crédit, mais également à organiser une cession Dailly. Ainsi quand USPA émet une facture, la banque en reverse aussitôt le montant sur le compte de l'entreprise, avant d'être réglée ensuite directement par le client. La dette est, quant à elle, échelonnée et finit par être épurée en 2004. L'année suivante, les Seillier achètent une nouvelle maison, à crédit. Seul bémol: si les comptes de l'entreprise sont aujourd'hui à flot, sa santé est encore trop fragile pour permettre aux dirigeants de récupérer leur investissement.

Repères

RAISON SOCIALE
USPA (Usinage Plastique Assemblage)
ACTIVITE
Mécanique générale
VILLE
Echenon (Côte-d'Or)
ANNEE DE CREATION
1997
DIRIGEANTS
Frédéric (40 ans) et Corinne Seillier (37 ans)
EFFECTIF
12 salariés
CA 2006
1 million d'euros

Mot clés : maison

Céline Keller

)