Intérim, mode d'emploi

Publié par le

Besoin de main-d'oeuvre? Pensez à l'intérim. Mais, attention, le recours à ce type de contrat est strictement encadré par la législation. Panorama des possibilités et des avantages.

  • Imprimer

Un chantier imprévu ou urgent à terminer, un salarié en arrêt maladie? Tout artisan peut être confronté à un besoin de main-d'oeuvre ponctuel. Pour autant, cela ne nécessite pas toujours l'embauche d'un nouveau collaborateur... La solution? Le recours au contrat d'intérim, qui présente de nombreux avantages, notamment un gain de temps pour l'artisan (réduction des démarches administratives et de la durée de recrutement, etc.). Néanmoins, le fonctionnement de l'intérim est strictement encadré par le législateur.

1- Les cas de recours

Le contrat de travail temporaire n'est possible que pour l'exécution d'une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement selon les conditions stipulées par la loi. «Globalement, les cas les plus fréquents sont le remplacement d'un salarié absent (maladie, accident du travail), l'accroissement d'activité (un chantier inopiné), et les emplois saisonniers», résume Céline Baumann, directrice Marketing et Communication du réseau d'agences d'emploi Start People (ex-Creyf's). Un tel contrat ne peut donc avoir ni pour objet ni pour effet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise utilisatrice. Attention: le recours au travail temporaire pour certains types de postes jugés dangereux (déflocage d'amiante par exemple) est interdit. Une liste a été établie par le ministère du Travail et publiée au Journal officiel Il est également prohibé d'utiliser l'intérim pour remplacer un salarié gréviste ou pour l'embauche sur un même poste à la suite d'un licenciement économique. «La majorité des entreprises utilisent le recours au travail temporaire de manière «défensive», en cas d'urgence le plus souvent, mais certains artisans ont développé une stratégie «offensive»», remarque Laurent Duverger, responsable du pôle technique de>» l'agence d'emploi Randstad. Ils décrochent de nouveaux chantiers en sachant qu'ils pourront compter sur l'embauche d'un intérimaire pour répondre à la demande, ce qui leur permet d'élargir leur offre

2- Le contrat d'intérim

L'intérim met en relation trois interlocuteurs: l'entreprise, qui recherche ponctuellement un collaborateur; l'agence d'emploi (et non plus d'intérim, puisqu'elle est officiellement habilitée à proposer des CDD et des CDI), qui se charge de l'ensemble des formalités de recrutement; et le travailleur intérimaire, qui détient les compétences spécifiques recherchées. L'entreprise conclut un contrat de prestation de services avec l'agence qui, elle, signera le contrat de travail avec l'intérimaire. «Les agences d'emploi prennent en charge l'ensemble des modalités de recrutement (vérification des certificats de compétences, choix du candidat, rédaction du contrat de travail, etc.) et des formalités administratives (visite médicale, relevés d'heures, fiches de paie, déclarations aux organismes sociaux, etc.)», souligne Céline Baumann (Start People). Autre avantage: les agences entretiennent un vivier de candidats spécialisés par métier. Si l'un d'entre eux fait défaut, il peut donc être remplacé sans frais supplémentaires et dans les plus brefs délais.

3- L'intérimaire

Un intérimaire est un salarié embauché et rémunéré par une entreprise de travail temporaire qui le met à la disposition d'une entreprise utilisatrice pour le temps d'une mission. Cette dernière prend fin à la date fixée ou, en cas de terme imprécis, lorsque se réalise l'objet pour lequel le contrat a été conclu (retour du salarié remplacé, etc.). Ensuite, pour trouver le bon collaborateur, il faut encore définir précisément la fiche de poste qui sera transmise à l'agence d'emploi: «Le mouton à cinq pattes n'existe pas, rappelle Laurent Duverger chez Randstad. Il vaut mieux définir les deux ou trois critères indispensables pour remplir la mission, comme la détention du permis de conduire ou des certifications nécessaires à certains types d'activité, puis quelques critères optionnels qui vont permettre d'affiner la recherche parmi les candidats.» Sauf pour les contrats sans terme certain (remplacement d'un salarié absent, par exemple), la durée de la mission doit être définie au préalable, sachant que des maxima sont prévus par la loi, entre 9 et 24 mois selon les cas. Ensuite, il reste à déterminer le salaire. Pour rappel, l'intérimaire ne peut être rémunéré à un salaire inférieur à celui de la personne remplacée et, le cas échéant, bénéficie des mêmes droits que les salariés de l'entreprise utilisatrice et des mêmes équipements collectifs: transport, tickets restaurant, douches, vestiaires, etc. A sa rémunération s'ajoutent l'indemnité compensatrice des congés payés et l'indemnité de fin de mission (dite souvent «prime de précarité»), à hauteur de 10% du salaire brut.

4- L'agence d'emploi

Une fois la mission précisément définie, il ne vous reste plus qu'à contacter l'agence d'emploi spécialisée dans le secteur d'activité recherché. La plupart d'entre elles se concentrent sur un métier (mécanique, bâtiment, etc.) et organisent des formations spécifiques pour les candidats. Vous pouvez opter pour une agence proche du lieu de votre chantier ou de votre entreprise. En effet, les intérimaires sont inscrits en moyenne dans trois agences d'emploi à proximité de leur domicile, ce qui peut permettre de réaliser des économies sur les frais de transport. Pour gagner du temps et obtenir les meilleurs résultats, déposez votre demande au plus tôt par e-mail, grâce aux espaces internet dédiés mis en place par les entreprises d'intérim. Votre collaborateur sera ainsi disponible dans de meilleurs délais, éventuellement avec son propre équipement mis à disposition par l'entreprise d'intérim. Enfin, vous n'aurez plus qu'à accueillir votre collaborateur... et à vous acquitter ultérieurement de la facture présentée par l'agence d'emploi. Il vous en coûtera de 2 à 2,5 fois le montant du salaire brut de l'intérimaire, en fonction des grilles tarifaires dégressives des agences.

L'intérim en France

- 1 200 entreprises de travail temporaire.
- 6 650 agences d'emploi.
- 637 901 salariés intérimaires en équivalent temps plein.
- 21,7 milliards d'euros de chiffre d'affaires.
Source: Prisme (Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi) 2007.

A la loupe
Intérim ou CDD?

Juridiquement, un contrat d'intérim obéit globalement aux mêmes règles qu'un CDD (contrat à durée déterminée). Mais attention, le CDD est signé directement par l'entreprise avec le salarié, alors qu'il est signé entre l'agence d'emploi et l'intérimaire dans le cadre de l'intérim.
Le recours au travail temporaire est plus coûteux, mais l'imputation comptable n'est pas la même: par exemple, l'entreprise utilisatrice règle une facture à 30 jours, l'intérimaire étant payé à la fin de la mission par l'agence d'emploi.
Enfin, l'entreprise utilisatrice n'a à gérer ni le recrutement ni les diverses formalités administratives qui sont alors délégués à l'agence d'emploi: pour l'entreprise, les gains de temps générés peuvent s'avérer encore plus précieux!

VIRGINIE GROLLEAU

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet