En ce moment En ce moment

L'art de se tromper de débat

Publié par le

Comment mettre le feu aux poudres? En remettant en cause les 35 heures. Manuel Vals, maire PS d'Evry, n'a pourtant pas hésité à s'y attaquer en début d'année. La polémique a même failli refaire surface en mars, puisque, selon un sondage de l'institut Viavoice, près de trois dirigeants sur quatre sont favorables à un retour aux 39 heures de travail hebdomadaire. Un débat qui a rapidement fait «pschitt». Et pour cause. Le problème est ailleurs. Les chefs d'entreprise, notamment dans les toutes petites structures, l'affirment: ils sont avant tout concernés par le coût du travail. Les syndicats patronaux leur ont d'ailleurs emboîté le pas. L'UPA, la CGPME et le Medef ont tous parlé d'une même voix: pas de retour aux 39 heures si, en contrepartie, le gouvernement remet en cause les allégements de charges sociales dont bénéficient actuellement les entreprises. La défiscalisation des heures supplémentaires, votée avec la loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (Tepa) de 2007, a permis aux TPE d'adapter les horaires de travail de leurs salariés en fonction de leur activité. Les allégements de charges sur les salaires inférieurs à 1,6 fois le Smic ont également permis de baisser le coût du travail. Des mesures qui vont dans le bon sens, mais ne permettent pas encore de concurrencer nos voisins européens.

Julien van der Feer

Fédacteur en chef adjoint

Julien VAN DER FEER

Sur le même sujet