En ce moment En ce moment

L'artisan des grands de ce monde

Publié par le

Yves Romoli habille les sols des demeures les plus prestigieuses, du Liban jusqu'en Ouzbékistan. Une réussite exemplaire pour cet ébéniste originaire de Provence, qui a suivi les traces de son père.

  • Imprimer

 

Yves Romoli Dirigeant des Parquets Romoli

« Beaucoup de "puissants" au Moyen-Orient marchent sur du"Romoli".»

Il a rencontré Hassan II, ancien roi du Maroc, discuté avec le président égyptien, Hosni Moubarak, ainsi que l'ex-Premier ministre du Liban, Rafik Hariri. Non, il ne s'agit pas d'un diplomate de haut vol, mais d'un artisan dont la renommée a largement dépassé nos frontières malgré son effectif réduit de cinq employés. En effet, depuis ses débuts à l'international, il y a 25 ans, Yves Romoli, artisan spécialisé dans le parquet, compte, parmi ses clients une douzaine de chefs d'Etat et de nombreux milliardaires. L'occasion pour lui de découvrir nombre de pays, parfois difficiles d'accès, comme l'Ouzbékistan en 2000, l'Iran en 2003, ou la Russie en 2006. Des périples qui conviennent parfaitement au tempérament aventurier de l'artisan. «Je e en tête plein d'images et de rencontres marquantes », témoigne-t-il.

De Manosque à Moscou

Malgré son parcours exceptionnel, ses débuts dans la profession sont plutôt classiques. Il commence sa carrière dans l'entreprise familiale, située près de Manosque, en HauteProvence, où il traîne ses guêtres dès l'âge de huit ans. Diplômé d'un CAP en ébénisterie en 1969, il entre officiellement dans la structure dirigée par son père, Gino, à l'origine de la spécialisation dans les parquets décoratifs. Dans les années soixante-dix, la mode est à la moquette et aux revêtements plastiques. Le marché local du Sud-Est de la France s'avère alors insuffisant pour assurer le développement de l'entreprise. Yves Romoli l'oriente donc vers l'international, qui concerne aujourd'hui 85 % de l'activité. Une tendance qu'il accentue à la succession de son père, à la tête de l'entreprise, en 1983. La qualité indispensable pour réussir à l'étranger ? La diplomatie, selon l'artisan, qui se remémore la collaboration mouvementée avec des artisans ouzbeks, yougoslaves, turcs, arméniens et russes lors de travaux de rénovation réalisés à Moscou. Le secret : « se faire respecter sans trop s'imposer ».

S'il a réduit ses déplacements à l'étranger, qui l'absorbent deux mois par an actuellement, au lieu de sept auparavant, pour s'occuper davantage de sa famille, Yves Romoli ne pense pas encore à la retraite. « Il y a encore de nombreux chantiers à accomplir ! », déclare l'artisan âgé de 56 ans, songeant aux demeures prestigieuses qui manquent encore à son palmarès.

Bio

> 1953 Naissance à Marseille.
> 1969 CAP en ébénisterie.
> 1983 Il reprend l'entreprise familiale Parquets Romoli.
> 2000 Il décroche le chantier du Parlement ouzbek, puis celui de l'Ambassade de France en Iran (2003).

CELINE KELLER

Sur le même sujet