Mon compte Devenir membre Newsletters

L'exégète de la ferronnerie

Publié le par

Lucien Longueville n'est pas seulement issu d'une famille de serrurier, cet amoureux de la ferronnerie d'art lui a même consacré une encyclopédie en 16 volumes... Il collectionne et édite des ouvrages sur le sujet. Rencontre avec un passionné.

Atelier ou bibliothèque? Pour les clients qui pénètrent dans les locaux de Sautrau, l'entreprise de Lucien Longueville à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), la question peut en effet se poser devant l'omniprésence des livres. Des plans punaisés sur les murs et plus de 250 ouvrages sur le métier du fer, soit quelque 1 000 kg selon les dires de l'intéressé: ici, l'histoire importe autant que la technique et l'on côtoie les grands maîtres tels Lamour ou Fordrin. «On n'invente rien, l'inspiration trouve sa source dans le passé», reconnaît Lucien Longueville qui, à 61 ans, estime que son métier lui réserve encore des surprises.

@ OLGA STANCEVIC

Lucien Longueville, Serrurier

«On n'invente rien, l'inspiration trouve sa source dans le passé.»

Quatre générations

Pour entretenir sa collection, tous les dimanches il chine aux puces à la recherche de nouvelles pièces. «J'ai des plans datant du XIX siècle et des journaux spécialisés de 1900», confie-t-il Joignant le geste à la parole, il ouvre un document, montre une verrière ou une marquise, fait admirer les courbes et les détails. Une passion que le maître artisan communique au travers d'une encyclopédie en 16 volumes dédiée à la ferronnerie d'art, distribuée à 16 000 exemplaires! Son élaboration lui a pris près de deux ans. Il édite, par ailleurs, des ouvrages spécialisés. Cet amour du fer lui a été transmis par son père, lui-même fils de serrurier. L'artisan commence son apprentissage à 14 ans avec les Compagnons du Tour de France. Il crée son entreprise en 1980, puis rachète plusieurs petites sociétés: «Je n'arrive pas à me résoudre à voir le métier s'éteindre et les ateliers fermer.» C'est peut-être ce qui a poussé ce passionné à fédérer ses confrères en association pour promouvoir la profession au sein de l'Association pour la promotion des métiers du fer. Conseils en gestion, en management, mais aussi en technique sont échangés entre professionnels. «Nous aidons actuellement deux ouvriers à devenir leur propre patron suite à la fermeture de leur entreprise», explique-t-il.

Aujourd'hui, sa structure emploie neuf personnes et il se consacre à la conception. «Je dessine des plans pour des confrères et pour l'atelier d'Alexandre, la société créée par ma fille et mon gendre, à Agen, aussi dédiée au travail du fer.» Entreprise qui porte le prénom de son petit- fils. Une nouvelle génération en devenir? Affaire à suivre...

Bio

- 1947 Naissance à Paris.
- 1961 Lucien Longueville devient apprenti.
- 1980 Il crée sa 1re entreprise.
- 1984 Il rachète Sautrau, son entreprise actuelle.
- 1996 Création de l'Association pour la promotion et la sauvegarde des métiers du fer.

)