Leila Ouadah (EI D.A.M.E.S), dame de coeur du bâtiment

Publié par le | Mis à jour le

Après 20 ans d'expérience professionnelle dans les métiers du second oeuvre, Leila Ouadah a décidé de s'engager pour promouvoir et faciliter l'accès des femmes dans les métiers du bâtiment à travers une association et une entreprise.

  • Imprimer

Une femme au service des femmes. A 46 ans, Leila Ouadah, conjugue le BTP au féminin: «J'ai monté ma première entreprise en 2002. C'était une envie de toujours. Puis, avec les constats que j'ai pu faire sur le manque de formation en général dans le secteur du bâtiment, et sur l'insertion des femmes, j'ai eu envie d'aller vers les autres », confie-t-elle. Une réflexion qui conduit la dirigeante à fonder, en 2010, la SARL «EI D.A.M.E.S». Cette entreprise sociale intervient dans tous les métiers du second oeuvre (peinture, décoration, plomberie...) avec, pour objectif, « de casser les tabous du BTP en réunissant, d'un côté, des femmes éloignées du monde du travail ou en reconversion, et de l'autre, un secteur porteur », explique-t-elle. Ainsi, les salariées de D.A.M.E.S. bénéficient d'un parcours d'insertion et de professionnalisation dans les métiers du bâtiment et de réponses à leurs problématiques personnelles. Cette entreprise est l'aboutissement d'un projet de longue date. Il a été amorcé avec la création, en 2008, de l'association «D.A.M.E.S.» (Dynamiques, Actives, Mobilisation, Economique, Sociale) qui organise des réunions d'information pour encourager l'insertion des femmes dans le BTP, auprès de missions locales ou encore de Pôle emploi.

On l'aura compris, Leila Ouadah a toujours été attirée par le BTP. Son père, maçon carreleur, a construit lui-même la maison familiale. Et elle le suivait partout. Aussi, quand elle a dû faire le choix d'une orientation professionnelle, elle s'est tout naturellement tournée vers le BTP et a enchaîné les CAP.

Leila Ouadah Chef d'entreprise, gérante de l'association D.A.M.E.S.

«Avec les constats que j'ai pu faire, dans le secteur du bâtiment et sur l'insertion des femmes, j'ai eu envie d'aller vers les autres.»

Un projet qui séduit

Avec un peu de recul, la dirigeante reconnaît que son projet autour des femmes a parfois rencontré des difficultés pour exister. Mais elle a réussi à convaincre les incubateurs de deux écoles de commerce pour l'accompagner dans son développement. D'abord Advancia et actuellement Antropia de l'Essec.

Cette combattante ne ménage pas ses efforts pour faire avancer son association. D'autant qu'elle est seule pour gérer l'ensemble des activités, de la comptabilité aux suivis de chantiers en passant par les demandes de subventions. Aujourd'hui encore, le moteur de Leila Ouadah, c'est la volonté de prouver que les femmes peuvent trouver leur place dans le secteur du bâtiment.

Bio

- 1991
CAP de peintre en bâtiment.
- 1994
CAP de peintre-décorateur.
- 1995
Formation commerciale à l'Ifocop.
- 2002
Création de sa première entreprise.
- 2008
Fonde l'association D.AM.E.S.
- 2010
Création de la SARL «EI D.A.M.E.S.»

Juliette Plouseau

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet