En ce moment En ce moment

La franchise vous permet de gagner en notoriété

Publié par le

Franchise. Rejoindre un réseau vous permet de bénéficier du savoir-faire éprouvé d'un franchiseur, d'accompagnement et de publicité. En revanche, vous devrez investir dans l'enseigne et adopter «l'esprit réseau» pour évoluer sereinement.

  • Imprimer

Un mariage de raison(s). C'est ainsi que les spécialistes qualifient la relation entre un franchiseur et son franchisé, réglementée par la loi Doubin de 1989. « Le franchiseur définit le concept et la stratégie du réseau, tandis que le franchisé en est l'ambassadeur sur le terrain, auprès du client final », résume Chantal Zimmer, déléguée générale de la Fédération française de la franchise (FFF). Pour un artisan indépendant, rejoindre un réseau présente donc des avantages: bénéficier d'un concept et d'un modèle économique, d'outils de travail (logiciel de gestion, matériel métier, méthodologie, outils de communication et d'identification), d'un accompagnement lors du lancement et de formation continue. Et le secteur attire. Les franchises n'ont cessé de se développer dans le bâtiment: la FFF comptait 26 réseaux en 2008, contre 35 aujourd'hui, avec plus de 1 073 franchisés. Qu'il s'agisse de menuiserie, d'énergies renouvelables, de pose de gouttières, de revêtements de sols ou de murs, de nombreux métiers sont concernés. Avant de vous lancer, étudiez soigneusement le réseau convoité: certains préfèrent des candidats au profil commercial ou de gestion, plutôt que des artisans. C'est le cas par exemple de Soleil en Tête (énergies renouvelables) ou Help Confort (dépannage à domicile).

Prévoir l'investissement

Basic System, spécialiste en rénovation de sols et de plafonds, accueille un tiers d'artisans parmi ses nouveaux entrants. « Ils sont motivés par le transfert de savoir-faire, puisque nous déployons dix techniques, dont certaines brevetées, explique Eric Bonnot, p-dg du réseau. Grâce à notre communication, via Internet notamment, nous apportons des affaires aux adhérents sans qu'ils aient besoin de prospecter ». Cependant, avant de vous lancer, étudiez soigneusement l'organigramme du franchiseur: qui sont les fondateurs, quel est leur parcours? Quelle est l'ancienneté du réseau, comment a-t-il grandi ? Qui sera votre interlocuteur au quotidien? « Le franchiseur doit remettre un document d'information précontractuel (DIP) au candidat, précisant le rôle et les engagements de chacun », souligne Chantal Zimmer qui conseille de soumettre ce DIP à un spécialiste, expert-comptable ou avocat par exemple. N'oubliez pas non plus que rejoindre un réseau a un coût: vous devez prévoir un tiers d'apport personnel dans un investissement dit «global», comprenant le droit d'entrée au réseau, l'achat de fournitures, le véhicule, etc. A titre d'exemple, intégrer Basic System requiert 49 000 euros d'investissement global. Chaque franchisé verse ensuite une redevance généralement calculée en pourcentage du chiffre d'affaires, plus une participation aux frais de publicité. Mais surtout, entrer dans un réseau implique d'adhérer aux méthodes de l'enseigne et de les appliquer à la lettre, au risque d'entraîner la rupture du contrat. Enfin, vous pouvez évoluer au sein d'un réseau: en participant à diverses commissions (communication, achats), voire en formant de nouveaux adhérents. En moyenne, un contrat de franchise vous engage sur une période de cinq ans.

Témoignage
Serge Schandel, gérant de Basic System Sud-Est à Nîmes

Peintre de formation, Serge Schandel a exercé son activité durant 30 ans, avant de rejoindre la franchise Basic System en 2004. « J'ai découvert l'enseigne en me renseignant pour des clients. Le concept m'a plu et j 'ai rejoint le réseau tout en continuant mon activité de peintre en bâtiment. » Aujourd'hui, il ne dirige plus que sa franchise Basic System, avec deux salariés. « Je ne souffre plus de la concurrence, alors que le métier de peintre est saturé ». L'artisan apprécie de pouvoir s'appuyer sur la franchise pour toute question pratique, pour la communication, le savoir-faire, l'élargissement du portefeuille de clients. Il travaille notamment pour l'enseigne Casino, qu'il aurait été difficile de démarcher sans le réseau. A deux ans de la retraite, Serge Schandel estime également que son affaire actuelle sera plus facile à transmettre que sa précédente entreprise.

Olga Stancevic

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet