La première entreprise de France séduit de plus en plus les jeunes

Publié par le

@ Source: FNPCA-IFOP, 2007

L'artisanat a la cote auprès des Français et notamment auprès des plus jeunes. Tel est le résultat du dernier baromètre commandé, tous les deux ans depuis 1999, par le Fonds national de promotion et de communication de l'artisanat (FNPCA). Reconnu comme un secteur créateur d'emplois, ancré dans le tissu économique local, l'artisanat apparaît même innovant et moderne. Les Français lui reconnaissent également un rôle majeur dans la formation professionnelle des jeunes. Ces derniers, de plus en plus séduits, font rimer artisanat avec entrepreneuriat et indépendance. Ils seraient même un sur deux à être prêts à travailler dans la première entreprise de France. «A titre de comparaison, c'est la même proportion déjeunes qui veulent devenir fonctionnaires», souligne Frédéric Albert, directeur de clientèle chez Ifop, l'institut de sondage qui a réalisé cette cinquième enquête.

Malgré tout, un certain nombre d'idées reçues continuent de coller à la peau des entreprises artisanales: manque de perspectives de carrière et d'avantages sociaux, mauvaises conditions de travail, faibles salaires... Autant de pistes de travail pour le FNPCA. «Ce baromètre n'est pas l'occasion de s'autoféliciter mais de mesurer l'impact de nos campagnes de communication et éventuellement de rectifier le tir», commente Jean Lardin, président du FNPCA. En tout cas, si l'opinion publique paraît conquise, les artisans, confrontés à la réalité de leur métier au quotidien, relativisent. Si quatre Français sur cinq n'excluent pas d'orienter leurs enfants dans cette voie, cette proportion tombe à deux tiers chez les artisans.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet