En ce moment En ce moment

La prévention, un vecteur de performance

Publié par le

La prévention coûte de l'argent? Une étude réalisée par l'OPPBTP, qui sera publiée dans son intégralité en décembre, tend à démontrer le contraire.

  • Imprimer

@ VANESSA / FOTOLIA

En moyenne, pour un euro investi en prévention, le gain pour l'entreprise est de deux euros. C'est ce qui ressort principalement d'une étude menée par l'OPPBTP (l'Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics) sur la prévention comme vecteur de performance. Cette étude a été présentée le 18 avril durant une table ronde à l'occasion du salon Intermat à Paris. Elle sera ensuite intégralement dévoilée le 19 décembre. Il faut dire qu'avant de rejoindre l'OPPBTP, Paul Duphil, son secrétaire général, avait une expérience de la prévention dans le milieu industriel. Or, dans ce secteur, les accidents du travail sont totalement assimilés au processus de production et de compétitivité. Il est alors possible de calculer l'excellence opérationnelle et il n'y a pas le droit à l'erreur. « En arrivant dans le secteur du BTP, Paul Duphil a été choqué par le manque de lien entre prévention et performance. Cette étude vise à démontrer ce manque de cohérence et à motiver les incrédules qui négligent le rôle de la prévention », explique Alain Fraisse, directeur de région auprès de l'OPPBTP. Pour réaliser cette étude, l'organisme a effectué un travail de recherche pendant deux ans et demi. Il a également suivi, sur le terrain, les procédures de 30 entreprises de toute taille et dans tous les secteurs d'activité du bâtiment. Au sein de ces structures, 100 cas de prévention ont été recensés, puis analysés. Par exemple, un camion équipé d'une grue auxiliaire de levage qui, grâce à l'installation d'une télécommande, permet de se tenir à 10 ou 20 mètres du camion et ainsi de commander les opérations à distance. Cette mesure évite des accidents et, en même temps, permet un gain de productivité. En effet, la personne qui conduisait la grue devait auparavant être suivie par un manoeuvre - ce qui n'est plus le cas désormais. « Les projets de prévention présentés dans le cadre de l'étude peuvent dans la plupart des cas être transposés à d'autres entreprises », soutient Alain Fraisse. Mais il faudra patienter pour voir de quelle manière les entreprises s'approprient cette étude et ces solutions de prévention.

Juliette Plouseau

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet