Mon compte Devenir membre Newsletters

La prime de la discorde

Publié le par

Droits dans leurs bottes. Il ne s'agit pas d'Alain Juppé mais de François Baroin, Christine Lagarde et Xavier Bertrand. Contre vents et marées, les ministres du Budget, de l'Economie et du Travail ne reculent pas sur la nouvelle marotte du président. Nicolas Sarkozy souhaite en effet créer une prime pour les salariés travaillant dans une entreprise où les dividendes reversés aux actionnaires progressent d'une année sur l'autre. Cette mesure devrait voir le jour avant la fin de l'année. Rarement, une idée gouvernementale a fait un tel consensus contre elle. Organisations patronales et syndicats tirent à boulets rouges sur cette «fausse bonne idée». L'Union professionnelle artisanale (UPA) estime que «l'attribution de primes exonérées d'impôt et de charges sociales aux seuls salariés des entreprises qui versent des dividendes serait inéquitable et contre-productive». De fait, seule une minorité de petites entreprises, poumon de l'économie française, verse des dividendes. En l'état, la prime risque donc de créer un nouvel écart entre les TPE et les grandes entreprises. Surtout, cette mesure met en exergue deux maux français récurrents. Le premier: l'incapacité à garantir une stabilité législative aux entreprises. Le second: créer des usines à gaz réglementaires. Des arguments sans valeur au regard d'une future réélection.

Julien van der Feer

Rédacteur en chef adjoint

)