La réforme de l'ISF manquerait d'ambition

Publié par le

La majorité des dirigeants de TPE porte un regard négatif sur la réforme de l'impôt sur la fortune (ISF) menée par le gouvernement depuis le début de l'année. Selon le 42e baromètre Ifop-Fiducial, publié le 27 mai, moins d'une TPE sur deux estime qu'elle est conforme aux ambitions affirmées par le président de la République. Le relèvement du seuil de l'ISF de 800 000 euros à 1,3 million (66 %) et la suppression du bouclier fiscal (61 %) sont majoritairement approuvés par les chefs d'entreprise. « Pour qu'une mesure soit admise, on devrait atteindre le score de 80 % », estime Jean-Marc Jaumouillé, directeur technique chez Fiducial, agence spécialisée dans l'expertise comptable et le conseil financier. Corollaire de ces jugements négatifs, les patrons de TPE souhaitent presque unanimement un rééquilibrage de la fiscalité entre particuliers et entreprises, et l'instauration d'une taxation minimale des profits des grands groupes internationaux.

Sur le même sujet