En ce moment En ce moment

La version moderne

Publié par le

La paille utilisée comme matériau de construction, cela peut prêter à sourire, surtout si l'on se remémore le conte des Trois petits cochons. Et pourtant, elle revient en force dans l'écoconstruction depuis une dizaine d'années. Explications.

  • Imprimer

Ecologique et bon marché, la paille présente de nombreux avantages. C'est donc naturellement qu'elle retrouve sa place dans le bâtiment. Plusieurs techniques de construction misent sur ce matériau, sain et renouvelable, à l'image de la méthode Nébraska (sans ossature, la paille étant porteuse). Mais, nous développerons ici la technique Greb (Groupement de recherche écologique de la Batture), initiée au Québec lors de la construction d'un éco-hameau dans les années quatre-vingt-dix. «Elle consiste à construire une double ossature légère en bois, extérieure et intérieure, fixée sur des soubassements adaptés ou sur une fondation conventionnelle isolée, pour y installer des ballots de paille enrobés d'un mortier léger coulé», explique Christophe Benoît, maître d'oeuvre en éco-construction et formateur Greb dans la région Pays de la Loire. Mais, il est aussi possible de recourir à cette méthode pour le plancher ou la toiture.

Premier avantage de cette technique: il n'y a aucun pont thermique. En outre, la paille offre des performances thermiques intéressantes (lire ci-contre). Le deuxième, c'est le coût. La paille est bon marché, il faut compter de 2 à 4 Euros par mètre carré de mur. Par ailleurs, «elle se prête particulièrement bien à l'autoconstruction de tout ou partie de l'édfice, d'autant que les professionnels dans le domaine sont peu nombreux», souligne Christophe Benoît. Autre bénéfice, elle limite les transports car elle est généralement produite localement. Enfin, sans vouloir contredire Charles Perrault et ses Trois petits cochons, ce type d'habitat est évidemment très sûr. En cas d'incendie, par exemple, les maisons en paille brûlent même moins vite qu'une habitation classique.

Double ossature L'ossature en bois est en fait double: une interne et une externe qui sont espacées de la largeur d'un ballot de paille. La paille utilisée est celle de seigle, de blé, de tritical (mélange blé/avoine ou blé/orge), voire même de lavande. Le foin est à proscrire car il se décompose.

Double ossature L'ossature en bois est en fait double: une interne et une externe qui sont espacées de la largeur d'un ballot de paille. La paille utilisée est celle de seigle, de blé, de tritical (mélange blé/avoine ou blé/orge), voire même de lavande. Le foin est à proscrire car il se décompose.

Quid du mortier? Le mortier est coulé grâce à un déversoir, via des planches en bois vissées aux montants. Il est généralement composé de chaux, de sable, de sciure de bois et plus rarement de ciment.

Quid du mortier? Le mortier est coulé grâce à un déversoir, via des planches en bois vissées aux montants. Il est généralement composé de chaux, de sable, de sciure de bois et plus rarement de ciment.

50 cm de mur L'ossature bois est de 2 x 4 cm, à quoi il faut ajouter l'épaisseur de la botte, comprise généralement entre 32 et 38 cm. Si l'isolation est excellente, l'inconvénient est fiscal, car les mètres carrés ainsi utilisés sont considérés comme habitables.

50 cm de mur L'ossature bois est de 2 x 4 cm, à quoi il faut ajouter l'épaisseur de la botte, comprise généralement entre 32 et 38 cm. Si l'isolation est excellente, l'inconvénient est fiscal, car les mètres carrés ainsi utilisés sont considérés comme habitables.

Le choix de la botte La fibre de la paille doit être à la verticale ce qui induit moins d'échanges thermiques et moins de tassement. Les dimensions idéales? 36 x 45 x 90 cm. Les bottes sont généralement trouvées localement.

@ FOTOLIA/STEPHANE LEROY

Le choix de la botte La fibre de la paille doit être à la verticale ce qui induit moins d'échanges thermiques et moins de tassement. Les dimensions idéales? 36 x 45 x 90 cm. Les bottes sont généralement trouvées localement.

Idées reçues Le coefficient thermique d'un mur en paille est de 7, soit 3 fois plus que la norme en vigueur. Un avantage pour cette construction qui sera toujours aux normes même dans 15 ans, alors que la réglementation sera plus restrictive. En outre, la paille n'attire pas les rongeurs. Compressée en botte et associée à un enduit isolant, elle ne brûle pas facilement.

Idées reçues Le coefficient thermique d'un mur en paille est de 7, soit 3 fois plus que la norme en vigueur. Un avantage pour cette construction qui sera toujours aux normes même dans 15 ans, alors que la réglementation sera plus restrictive. En outre, la paille n'attire pas les rongeurs. Compressée en botte et associée à un enduit isolant, elle ne brûle pas facilement.

Prévention de l'humidité Les fondations sont constituées d'un petit muret en brique, dans le cas d'un terrain sec. Le mur de soubassement est couvert d'un feutre bitumeux, qui coupe la remontée de l'humidité par capillarité.

Prévention de l'humidité Les fondations sont constituées d'un petit muret en brique, dans le cas d'un terrain sec. Le mur de soubassement est couvert d'un feutre bitumeux, qui coupe la remontée de l'humidité par capillarité.

Repères

- Surface moyenne Entre 120 et 130 m2
- Budget moyen (hors terrain) 800 Euros le m2 avec une partie en auto construction. 1300 à 1500 le m2 pour une construction clés en main.
- Pour aller plus loin www.approche paille.fr www.lamaison enpaille.com

Carine GUICHETEAU

Sur le même sujet