Mon compte Devenir membre Newsletters

La voix de 42 000 artisans

Publié le par

Qu'il se consacre à son entreprise de peinture toulousaine ou au Conseil de l'artisanat, qu'il préside, Pierre Tountevich tient par-dessus tout à garder son indépendance. Portrait de cet artisan à l'agenda de ministre...

 

@ OLIVIER ROUX/FFB

Pierre Tountevich
Peintre et président du Conseil de l'artisanat

«Pour moi, l'artisanat, c'est la liberté.»

Le Conseil de l'Artisanat fête ce mois-ci ses 50 ans. Son président, Pierre Tountevich, y défend depuis trois ans les 42 000 entreprises de moins de dix salariés auxquelles cet organe de la Fédération française du bâtiment est dédié. Mais loin de se fondre dans un discours politiquement correct, l'artisan assume son rôle en toute indépendance. En effet, il n hésite pas à fustiger les hommes politiques auprès desquels il exerce son lobbying pour préserver les intérêts des artisans. «On a parfois l'impression de se battre contre des moulins à vent, explique le président du Conseil de l'artisanat. Le chemin est long et lent pour faire avancer des dossiers.» Son cheval de bataille actuel? Le statut de l'auto-entrepreneur. A l'instar de la majorité des instances artisanales, il tient à exclure l'artisanat du bâtiment de son champ d'application. En effet, Pierre Tountevich demeure sensible aux craintes de ses confrères, étant lui-même artisan peintre. «Je suis avant tout un chef d'entreprise», rappelle-t-il. Un rôle qu'il assume dès 5 h 30 du matin et qui, couplé à ses autres fonctions, l'occupe six jours et demi sur sept. Lors des deux jours et demi qu'il consacre à ses responsabilités syndicales, Pierre Tountevich n'est jamais loin de son téléphone portable, afin de se tenir au courant de l'évolution de ses chantiers et de la vie au sein de sa structure. Mais s'il représente une lourde charge de travail, son rôle de chef d'entreprise satisfait la soif d'indépendance qui caractérise l'artisan. «Dans le cadre de mon entreprise, je fais ce que j'ai dans la tête, confie-til. Pour moi, l'artisanat c'est la liberté.» Un sentiment que Pierre Tountevich découvre sur le tard, puisqu'il est tout d'abord salarié d'une entreprise de peinture pendant 18 ans.

Peintres de père en fils

11se retrouve au chômage suite au dépôt de bilan de la société en 1986. C'est alors qu'il se lance à son compte et reprend ainsi le flambeau légué par son père, également artisan peintre. Ses premiers pas dans la profession remontent à l'âge de

12ans, lorsqu'il fait office de petite main sur les chantiers paternels. Aujourd'hui, Pierre Tountevich espère à son tour transmettre sa passion, mais aussi son entreprise, à son fils, Sébastien. «Il a hérité de la fibre artistique de son grand-père», révèle-t-il, ému.

Bio

- 1951
Naissance à Algrange (Moselle).


- 1967
Obtention de son CAP peinture.


- 1986 Il crée son entreprise.


- 2000
Il devient vice-président du Conseil de l'artisanat...


- 2006
... puis président.

)