Le CDI reste le contrat préféré des artisans du bâtiment

Publié par le

@ Source: UPA/I+C-juillet 2007.

Plus que jamais l'artisanat, royaume des très petites entreprises, est pourvoyeur d'emplois en contrat à durée indéterminée (CDI). Tel est l'un des enseignements apportés par le baromètre annuel réalisé au cours du premier semestre 2007 par l'Union professionnelle artisanale (UPA) . Représentant près de la moitié des contrats de travail des embauchés, le CDI a, en effet, la préférence des artisans du bâtiment. Il devance très largement le contrat à durée déterminée (CDD), le contrat d'apprentissage et le contrat nouvelle embauche (CNE), pourtant réservé aux petites structures. Si l'essoufflement de ce dernier profite principalement au CDI, les trois quarts des salariés recrutés en CNE sont toujours en poste. Et quand rupture il y a, elle provient en grande majorité de ces derniers. D'après l'UPA, les 10% d'embauchés en CNE ne peuvent, en tout cas, passer pour négligeables. L'organisation syndicale souhaite d'ailleurs prendre appui sur ce bilan dans le cadre des négociations qui se sont engagées, avec les autres partenaires sociaux, dans le but de moderniser le marché du travail. Si ces négociations ne débouchent pas avant la fin de l'année, le gouvernement légiférera en faveur du contrat unique. Celui-ci offrirait aux entreprises une plus grande sécurité juridique en cas de licenciement. En contrepartie, les salariés cumuleraient des garanties en fonction de la durée du contrat. Ils bénéficieraient, en outre, d'un meilleur accompagnement une fois licenciés. Une mesure jugée bénéfique par près des deux tiers des patrons de très petites entreprises, selon le baromètre trimestriel de Fiducial.

Sur le même sujet