Le bâtiment continue de déprimer

Publié par le

La crise poursuit son oeuvre dans le BTP. Destruction de 35 000 postes, sans compter un recul d'activité entre 1 et 2 % pour 2012. Aujourd'hui, les professionnels attendent une impulsion gouvernementale.

  • Imprimer

« Le secteur du BTP a créé 1 700 emplois en 2011, et en a détruit plus de 11 000 au premier semestre 2012. L'année devrait d'ailleurs se solder sur un recul de 35 000 postes soit, si je peux me permettre cette comparaison, l'équivalant d'un site «Aulnay» par mois, dans une totale indifférence», a déclaré, mardi 18 septembre, Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment (FFB). Des résultats en berne pour l'emploi qui s'expliquent par une situation qui ne cesse de se dégrader. Et un véritable «dévissage» des marchés. La Capeb table sur un recul d'activité de 1 % pour 2012, tandis que la FFB annonce une baisse de 2 %. Plus précisément, en glissement annuel sur les sept premiers mois de 2012, les permis de construire et les mises en chantier ont diminué respectivement de 2 et 12,5 %. « On peut espérer un bilan 2012 aux environs de 340 000 à 350 000 logements commencés, après le score de 421 000 en 2011 », poursuit Didier Ridoret.

Face à ses résultats, les professionnels s'interrogent sur leur avenir. « Nous détruisons de l'emploi et le mouvement va s'accélérer en 2013 », regrette le président de la FFB. La Capeb table sur un recul d'activité de 2,5 % en 2013, avec une chute de 5 % dans le neuf et de 0,5 % en réhabilitation.

Les travaux de rénovations énergétiques soutiennent l'activité

La confédération constate que l'activité suscitée par les travaux de rénovation énergétique représente une véritable bouffée d'oxygène: ils constituent 10 % du chiffre d'affaires de l'artisanat du bâtiment. « Cette activité est relativement porteuse. La croissance est de 3 % depuis de nombreux mois. Mais elle ralentit. Le gouvernement doit avoir une réaction très rapide », met en garde Patrick Liébus, président de la Capeb. François Hollande a rappelé, le 14 septembre dernier, sa volonté de stimuler le marché par la rénovation énergétique: « La transition énergétique est autant une exigence pour l'environnement qu'un atout pour l'emploi», a affirmé le président de la République. Face à de telles promesses, les professionnels attendent des mesures fortes de la part du gouvernement.

François Hollande, président de la République

«La transition énergétique est autant une exigence pour l'environnement qu'un atout pour l'emploi. »

Mallory Lalanne

Sur le même sujet