Le bilan du travail illégal

Publié par le

Plus de 67 000 entreprises ont été contrôlées par les inspecteurs du travail en 2006. Le montant des redressements s'est élevé à 40,7 millions d'euros, soit 23 millions d'euros de plus qu'en 2005. Le BTP représente à lui seul près de la moitié des contrôles (49 %), selon le bilan présenté par la Commission nationale de lutte contre le travail illégal. Viennent ensuite l'hôtellerie (27 %) et l'agriculture (15 %). Au total, près de 7 000 entreprises en infraction ont été recensées, ce qui représente 10,4 % des entreprises contrôlées, soit un taux deux fois plus élevé qu'en 2005 (5,2 %). Autre constat: dans le secteur du BTP, 7 % des entreprises étaient en infraction l'an passé, contre 5 % en 2005.

Les formes les plus courantes de travail illégal sont le travail non, ou mal déclaré (c'est-à-dire la minimisation du nombre d'heures travaillées), la fraude aux Assedic, le non-versement des cotisations sociales ou encore l'emploi de travailleurs étrangers sans titre.

Sur le même sujet