Mon compte Devenir membre Newsletters

Le château fort du troisième millénaire

Publié le par

En Bourgogne, se trouve un chantier des plus suprenants, celui d'un château fort du Moyen-âge. N'employant que les matières premières les entourant et les techniques ancestrales, les artisans bâtissent cet incroyable édifice jour après jour.

Dans l'Yonne, au coeur d'une carrière de pierre entourée d'un écrin forestier, se dressent différents éléments incomplets d'un château médiéval: des courtines, des tours, un pont dormant... Sont-ce les vestiges d'un édifice moyenâgeux? Non, le château de Guédelon est construit de toutes pièces. A son origine: Michel Guyot, propriétaire et restaurateur du château de Saint-Fargeau.

L'idée est la suivante: construire avec la pierre et le bois trouvés sur place et sans aucune aide mécanique un château fort dans le respect des techniques du XIIIe siècle. Depuis onze ans, une équipe de passionnés suit ainsi les plans dessinés par Jacques Moulin, architecte en chef des Monuments historiques, et utilisant les canons architecturaux instaurés par le roi Philippe Auguste aux XIIe et XIIIe siècles. Afin d'assurer la crédibilité et la pérennité du chantier, un comité scientifique est chargé d'appréhender, d'étudier et de valider toutes les étapes de la construction à laquelle peut assister le public. L'engouement de ce dernier pour ce chantier hors normes est tel qu'il a permis au projet de s'autofinancer dès la troisième saison d'ouverture. Aujourd'hui, l'équipe du début, composée d'une directrice, de deux tailleurs de pierre, d'un maçon et d'un charpentier, a laissé place à une entreprise employant une cinquantaine de salariés: artisans du patrimoine et du bâtiment, charretiers, bûcherons... Certains sont arrivés à Guédelon diplômés et qualifiés, tandis que d'autres ont été directement formés sur le site. Hormis la simple mise en pratique de leur savoir-faire, c'est surtout un défi qui unit ces hommes et ces femmes pour encore une quinzaine d'années.

La taille de pierre

Les plus beaux blocs extraits de la carrière servent à réaliser des linteaux ou encore des assises de réalignement. Ceux de moindre qualité sont affectés au montage des parements intérieurs pouvant atteindre 3,5 mètres d'épaisseur.

La charpenterie

Le bois de chêne issu de la forêt environnante est utilisé pour les planchers, les engins de levage, les échafaudages et les charpentes typiques du XIIIe siècle.

La maçonnerie

L'équipe de maçons (ici avec l'archipendule, l'ancêtre du niveau) dresse les pierres de taille pour former murs, contours de fenêtre et de porte. Pour les sceller entre elles, ils utilisent un mortier constitué de chaux, de terre tamisée et d'eau, selon un dosage très précis.

La carrière

Les carriers percent des trous dans le grès ferrugineux dans lesquels sont insérés des coins en métal. En frappant dessus, une onde provoque une cassure franche et nette.

La forgeonnerie

Les forgerons fabriquent l'ensemble des outils en métal utilisés sur le chantier. Equipés d'une traditionnelle forge à soufflet, ils assurent aussi l'entretien, souvent quotidien, de toutes ces pièces.

AGATHE JAFFREDO

)