En ce moment En ce moment

Le matériel et I'outillage se louent de plus en plus

Publié par le

Si l'achat constitue souvent un premier réflexe, la location des outils de travail mérite souvent d'être étudiée. Cette formule permet, en effet, de lisser vos dépenses d'équipement tout en bénéficiant d'un matériel performant et de services complémentaires.

  • Imprimer

@ KILOUTOU

Vous devez envoyer une équipe de charpentiers sur un chantier. Problème: il vous manque plusieurs cloueuses, déjà utilisées ailleurs. Vous pouvez décider d'acheter les outils nécessaires ou de les louer. Tout dépend, en fait, du type de matériel dont vous avez besoin. En règle générale, il est conseillé d'acheter les équipements qui ne sont pas soumis à des règles précises d'entretien et dont l'utilisation est fréquente. A condition, bien entendu, de disposer de la trésorerie suffisante... Si vous devez emprunter, faites attention à bien négocier les taux d'intérêt pour que cet achat ne génère pas des frais financiers disproportionnés. Une étude commandée en 2006 par Wanlease, opérateur de location dédié à la distribution informatique (filiale du groupe Société Générale), à IDC, montre, en effet, que 50% des projets d'équipements informatiques dans les TPE n'aboutissent pas par manque de ressources financières: «Les chefs d'entreprise préservent leur trésorerie et les banques rechignent à financer les TIC (technologies de l'information et de la communication, NDLR)», observe ainsi Hervé Maron, directeur général de Wanlease. Dans ce contexte, la location apparaît donc parfois comme la seule solution.

Un calcul économique

four les dépenses importantes en ettet, le fait de louer, en vous évitant d'investir, vous permet de préserver votre trésorerie. En lissant la dépense dans le temps, la formule est sans surprise: l'artisan paie au coup par coup les locations de courte durée et verse un loyer mensuel pour les contrats de plus longue durée, de un à trois ans. Plus onéreuse, la location courte, doit être réservée aux besoins ponctuels. Par exemple, une meuleuse électrique vous coûtera, chez Loxam, 1 80 Euros HT de loyer par an en contrat annuel, et 5 Euros HT par jour en courte durée. La formule longue durée devient intéressante dès que vous avez besoin du matériel plusieurs fois par semaine. Les loueurs appliquent, en effet, une tarification privilégiée aux comptes professionnels, calculée en fonction du volume des locations effectuées par l'artisan. Chez Loxam, vous devenez membre du «Loxaclub» à condition de fournir un numéro Siren et d'ouvrir un compte. Vous disposez alors d'un identifiant permettant d'accéder à une tarification, personnalisée, via la centrale de réservation. De son côté, Kiloutou propose un programme de remises consenties selon la promesse de consommation définie pour l'année. La grille des primes liée à la «carte Pro» tient compte des volumes de commandes: plus ils sont élevés, plus la remise est conséquente. Par exemple, si vous avez jusqu'à 800 euros de commandes annuelles, vous bénéficiez alors d'une remise de 10% sur la location de matériel de gros oeuvre et d'élévation, 5% sur les autres. Vous pouvez également louer votre matériel informatique. Wanlease commercialise en effet un package global comprenant les équipements, les logiciels adaptés à la nature de l'activité, l'installation et la maintenance, par l'intermédiaire de revendeurs partenaires. Pour un poste et un équipement valant 1 500 Euros HT, comptez un loyer mensuel de 52 Euros HT.

Mais cette formule ne présente pas que des avantages financiers. Ainsi, Patrick Rizzo, directeur commercial et marketing chez Loxam, observe que «les artisans ont de plus en plus tendance à louer du petit matériel pour bénéficier, en permanence, d'outils en bon état de fonctionnement». Même constat pour Hervé Maron de Wanlease qui rappelle que «le matériel informatique se déprécie en moins de trois ans dans un environnement technologique en constante évolution». En cas d'achat, l'artisan peut se heurter, en effet, au fait de ne pas pouvoir exploiter les nouvelles versions de ses logiciels sur un PC ou un Mac dont le système d'exploitation est déjà dépassé. Un risque qui disparaît avec la location dont le contrat prévoit le renouvellement régulier de l'équipement (tous les 36 mois pour le parc informatique).

Hervé Maron, directeur général de Wanlease.

«Les artisans recourent de plus de plus à la location pour bénéficier d'outils performants»

Des services améliorés

Autre avantage à ne pas acheter, mais à louer: la pléiade de services mis à votre disposition, à commencer par le conseil dans le choix du matériel, son utilisation, ainsi que sur les précautions d'usage. Vous bénéficiez, comme à l'achat, des nouveautés produits, en matière de sécurité ou de confort d'utilisation. En outre, le matériel est très souvent disponible immédiatement. Les prestataires possèdent, en effet, des stocks conséquents, et si vous réservez la veille pour le lendemain, vous êtes quasi certain de ne pas subir une rupture de stocks.

Mieux: les loueurs de matériel et d'outillage font tout pour vous simplifier la vie en vous déchargeant de la maintenance et de la réparation, en effectuant le changement des pièces détachées, etc. «On s'engage sur un délai de quatre heures», indique Pierre- Yves Lecat, directeur général de Kiloutou. Attention, ce service n'est pas valable pour les incidents liés à des défauts d'utilisation. Par exemple, si vous perdez, lors du transport, le matériel faute de l'avoir bien arrimé.Vous devrez alors rembourser sa valeur à neuf.

La location est donc très avantageuse pour le matériel qui fait l'objet d'une réglementation stricte. Une nacelle ou un chariot télescopique, par exemple, nécessitent d'être contrôlés tous les six mois. Une maintenance contraignante, car non seulement vous devez planifier le contrôle auprès d'une société habilitée, mais en plus celle-ci exigera peut-être d'immobiliser l'outil pour sa réparation. Autant de démarches que les loueurs se proposent d'accomplir à votre place. «En utilisant un matériel contrôlé et mis à jour, l'artisan renforce la sécurité sur ses chantiers», commente Patrick Rizzo.

Pour vous fidéliser, les prestataires étoffent également leur offre de services complémentaires. Vous n'avez pas le temps de vous déplacer pour aller chercher votre matériel? Le loueur vous livre directement sur le chantier. Vous devrez alors compter, en plus de votre loyer, un forfait entre 15 et 300 Euros HT selon le profil de l'appareil (volume, taille, poids), le véhicule nécessaire à son transport et la distance parcourue.

Enfin, les loueurs diversifient de plus en plus leurs services en proposant des garanties dans des domaines qui ne sont a priori pas les leurs, comme l'assurance contre le vol, le sinistre et le bris de machines.Votre local est inondé et le matériel submergé? Le revendeur l'échange sur-le-champ et vous décharge de la gestion administrative du sinistre. Un service facturé entre 7 et 10% du loyer... soit le prix de la tranquillité!

Pratique
A qui s'adresser?

Vous pouvez consulter le site internet de la Fédération nationale des distributeurs, loueurs et réparateurs de matériels du bâtiment, des travaux publics et manutention (www.dlr.fr): vous y trouverez les coordonnées des acteurs du marché dans votre région. Ou contacter les grandes enseignes spécialisées comme Dron Location, 6 agences en région parisienne, dans le Nord et à Bordeaux (www.dron.fr); Hertz Equipement, 75 agences en France (www.hertzequip.fr); Kiloutou, 212 agences (www.kiloutou.fr); Laho Equipement, 120 agences (www.laho.fr); Locarest, 60 agences présentes du Nord au Sud-Est de la France (www.locarest.com) ou Loxam, 400 agences en France (www.loxam.fr).

Véronique Méot

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet