Le menuisier poète

Publié par le

Menuisier-ébéniste et charpentier à Gelles dans l'Aveyron, François Treins est avant tout un créateur. Sa vie est rythmée par la conception de pièces pour son entreprise, mais aussi par la poésie.

  • Imprimer

Le bois et les mots. Voilà les deux passions de François Treins. Menuisierébéniste de formation, l'artisan est également poète. Une appétence pour l'écriture qui s'est développée avec ses lectures adolescentes. Ses premiers vers, il les fait pour lui, dans sa tête, lors de sa pause déjeuner ou le soir, puis il les pose noir sur blanc sur le papier.

Aujourd'hui, il écrit des poèmes et - plus rarement - des nouvelles courtes. Mais François Treins sculpte aussi bien le bois que les mots. Il a presque grandi dans les copeaux. «J'ai beaucoup déménagé et à chaque fois, nous avions un voisin menuisier», raconte l'artisan. Du plus loin qu'il s'en souvienne, le contact avec la matière lui a toujours plu. Au fil des ans, il travaille les chutes de sabots, joue avec des jouets en bois ou fabrique des nichoirs à oiseaux. Après un bref passage par l'aménagement paysager, il se réoriente logiquement vers les métiers du bois, où il espère pouvoir davantage donner libre cours à sa créativité.

@ GILLIAN DIEZ

François Treins Dirigeant de Proterra Bois

«Mon pays d'adoption, l'Aveyron respire dans mon travail et dans mes poèmes.»

La nature, première source d'inspiration

De son passage au coeur des jardins, François Treins conserve un amour pour la botanique et les essences locales, ainsi qu'un grand respect du mouvement imposé par la nature. C'est certainement pour cette raison qu'il cite, comme première influence pour ses pièces de menuiserie, l'art nouveau. Ce mouvement s'inspire en effet de la végétation et des fleurs pour créer des oeuvres toutes en courbes. Les paysages, les femmes, les changements de saisons, une discussion entre amis, le mouvement du vent sur la rivière sont ses sources d'inspiration. Mais, que ce soit pour le travail du bois ou sa plume, c'est avant tout son pays d'adoption, l'Aveyron, qui le fait vibrer. Il suffit d'interroger l'artisan sur son département pour le comprendre: « Le territoire est tellement riche, se réjouit-il. Les changements sont tellement saisissants d'un lieu à l'autre, entre le plateau de l'Aubrac, balayé par le vent, et les bords du Lot, regorgeant de pierres inondées de soleil » De quoi nourrir sa poésie pour de nombreuses années. Son nouveau challenge pour 2012? Oser publier ses oeuvres via l'association dont il est membre, Hors cadre impression. En attendant, il cisèle encore et toujours ses poèmes.

Claire Poisson

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet