Le printemps des bonnes nouvelles

Publié par le

Réalisation de soi, sentiment de fierté, reconnaissance d'autrui. . . Les mots des entrepreneurs pour décrire leur condition ont l'éloquence de la passion. Loin des clichés - freins à la création, lourdeurs administratives, charges étouffantes - traditionnellement associés à leur fonction, les chefs d'entreprise clament leur bonheur: 88% déclarent même réaliser leur rêve, dans une étude conjointe du ministère des PME, de l'APCE, du Salon des Entrepreneurs et de la Caisse des Dépôts. Hommes, femmes, anciens cadres ou ouvriers, jeunes ou expérimentés, l'entrepreneuriat fait l'unanimité. Mieux, le panel ne peut être accusé d'idéalisme: il est interrogé trois ans après la création ou la reprise d'une activité, quand la réalité l'a rattrapé depuis longtemps.

A l'heure où un tiers des chefs d'entreprises artisanales est âgé de plus de 50 ans et recherche, à court ou moyen terme, un repreneur, ces données sont encourageantes. Même s'ils relativisent ce bonheur, les entrepreneurs mettent en avant des valeurs fondamentales et ambitieuses qui donneront peut-être des idées. D'autant qu'un autre chiffre vient leur donner raison: près de neuf jeunes de moins de 35 ans sur dix estiment que créer une entreprise les rendrait plus épanouis 7e baromètre Ifop pour CCI - Entreprendre en France - Salon des Entrepreneurs sur les Français et la création d'entreprise. . Liberté plus grande, amélioration de leur condition professionnelle, investissement personnel, les motivations sont nombreuses et plutôt proches de ceux qui ont sauté le pas. L'esprit d'entreprendre gagne du terrain et, troisième bonne nouvelle, il se traduit sur tous les fronts! 25% des nouveaux patrons sont des femmes, 40% d'anciens chômeurs... La création d'entreprise concerne, plus que jamais, tous les profils. Le printemps est à l'optimisme, profitons-en!

«L'esprit entrepreneurial gagne du terrain et la création d'entreprise concerne plus que jamais tous les profits.»

Nelly Lambert

Sur le même sujet