En ce moment En ce moment

Pour la noblesse du geste

Publié par le

Reconversion. George Guthrie est ébéniste-restaurateur d'art dans le Médoc. Un métier que cet Ecossais, ex-avocat d'affaires, a embrassé il y a trois ans. Son projet? Devenir l'un des meilleurs artisans de sa région.

  • Imprimer

Un jour, George Guthrie a décidé de tout quitter. C'était il y a trois ans. Ex-avocat d'affaires, il est devenu restaurateur d'art dans le Médoc. D'origine écossaise, George Guthrie a grandi dans les Highlands. « Mes grands-parents y possèdent un manoir truffé de meubles d'art. Très tôt, j'ai su différencier un bon d'un mauvais garnissage, reconnaître les essences, les époques... » A l'école, il fait pourtant le choix d'un cursus classique. Or, comme tous les étudiants, il a besoin d'argent. La rénovation d'un monastère au Nord de l'Angleterre lui donne l'occasion d'en gagner. Un maçon en fait alors son apprenti. Mais le faible salaire le dissuade de continuer. Fort d'une maîtrise de russe, il tente sa chance du côté des cabinets d'affaires internationaux Freshfields et White & Case , qui le mèneront à Londres, Moscou et Paris. Mais au bout d'une dizaine d'années, George Guthrie décide de tout remettre en question. « Je gagnais très bien ma vie, mais elle était vide de sens. » Il se souvient alors de son apprentissage au monastère et de son plaisir à manier les outils. « Je voulais travailler de mes mains tout en utilisant ma tête. La restauration d'art fut une évidence. »

Rencontre de deux passionnés

Avant de se lancer, George Guthrie doit se former. Via le Greta, il décroche une formation à l'école Boulle et obtient en moins d'un an son CAP d'ébéniste. Reste à trouver un maître d'apprentissage. A Paris, Michel Jamet, ébéniste émérite, lui souffle le nom d'un grand restaurateur d'art, Serge Proniewski, tout jeune retraité à Labarde, dans le Médoc. George Guthrie n'hésite pas. Un matin de septembre 2008, il va frapper à la porte de l'artisan. L'accueil sera plus que chaleureux. George Guthrie a créé sa SARL il y a un an. Il loue un établi à Serge Proniewski, ce qui lui permet de travailler à côté du «maître», d'emprunter ses outils et d'accéder à sa bibliothèque. « Je profite de son savoir-faire et de son réseau de clients, châtelains ou particuliers, mais aussi des spécialistes qu'il me fait rencontrer. » Aujourd'hui, il rêve de travailler pour une clientèle internationale. « Lorsque j'étais à Saint-Pétersbourg, j'ai pu passer quelques jours dans les ateliers de restauration du musée de l'Hermitage. Un rêve. Or, il se trouve que Bordeaux est jumelée avec la ville. » Encore un signe du destin?

George Guthrie, Restaurateut d'art

« Via les Chambres de métiers les a accès à des formations subventonnéss. Peu profitent: c'est dommage.»

Bio

> 1971 Naissance à Perth (Australie).
> 1996 Ouvrier sur le chantier de rénovation du monastère d'Ampleforth (G.-B.).
> 1998 Avocat d'affaires international.
> 2008 Obtention d'un CAP d'ébéniste à l'école Boulle.
> 2009 Ebéniste-restaurateur dans le Médoc.

CELINE JACQUOT

Sur le même sujet