Mon compte Devenir membre Newsletters

Profitez des avantages d'un groupement d'achats

Publié le par

Les regroupements d'artisans pèsent lourd dans l'économie du secteur et présente de nombreux avantages dont vous pouvez bénéficier. Encore faut-il se réunir autour d'un projet commun.

 

«Notre groupement repose avant tout sur une coopération humaine entre sept dirigeants d'entreprise fondateurs, explique Jérôme Gambini, directeur commercial d'IGAE (Installation générale d'agencement européen). Il s'est d'abord fédéré autour de contrats communs, avant de se développer autour des achats et de la sous- traitance. Chaque adhérent peut ainsi faire appel en toute confiance à l'un des 1 200 sous-traitants géolocalisés.» Souvent le premier motif de constitution d'un groupement, les achats permettent des économies d'échelle et une meilleure qualité d'approvisionnement. «C'est l'ensemble de la fonction qui peut être prise en charge par le groupement: référencement commun et sélection des fournisseurs, choix des produits, négociation des prix et conditions de paiement et de livraison», indique Jean-Luc Cauquil, chargé de mission auprès de la Chambre régionale de commerce et d'industrie (CRCI) Limousin - Poitou-Charentes. Elle peut même être étendue à certaines prestations logistiques (stockage, livraisons, etc.), et au sein même de l'entreprise (standard et secrétariat, comptabilité, relation clients...). A l'instar d'IGAE, les groupements, notamment constitués autour de la fonction achats, apportent donc une réponse quotidienne aux préoccupations des artisans: «Les entreprises artisanales dispersées et de petite taille ne peuvent véritablement établir d'accords commerciaux et de partenariats qu'en se dotant de structures de coordination et de services», note Alain Bonamy, secrétaire général de la Fédération française des coopératives et des groupements d'artisans (FFCGA).

Des avantages économiques

Faire partie d'un groupement revêt de nombreux avantages pour les artisans .Vous obtiendrez, en premier lieu, une amélioration de votre productivité et de votre compétitivité par le biais des achats groupés. «Les volumes vont permettre de négocier de meilleurs tarifs, abaissant ainsi le coût des matières premières et des équipements nécessaires», rappelle Jean-Luc Cauquil. Ensuite, cela permet de percevoir les attentes et les besoins de métiers connexes, ayant une influence sur votre activité. Ainsi, en remplissant une fonction de veille et d'alerte, les groupements vont, par exemple, offrir la découverte de nouveaux produits afin d'anticiper et de répondre aux demandes les plus pointues des clients: «Nous avons constitué notre groupement afin de distribuer une nouvelle marque de peinture propre», témoigne Patrick Bass, président du groupement Habitat et Bâtiment, qui fédère 25 grossistes dans tout le sud de la France.

Rejoindre ou créer un groupement

Première démarche à effectuer: faire le tour des structures existantes. Vous pouvez vous renseigner auprès des chambres de métiers, des associations professionnelles et, bien sûr, en surfant sur Internet, certaines structures ayant leur propre site. Vous vérifierez de cette façon que la philosophie du groupement et les services proposés correspondent à vos attentes. Pour ceux qui préfèrent constituer leur structure selon leur propre objectif, il faut alors recruter ses futurs partenaires: «Cette mobilisation doit se faire autour d'un objectif commun et concerner aussi bien les salariés des partenaires que leurs concurrents, car chacun a le même objectif», précise Denis Cagnat, consultant. Ensuite, il faut en déterminer le fonctionnement selon l'objectif. La FFCGA distingue trois grands types de groupements: achats, distribution et services. Mais rien n'empêche le groupement d'en cumuler plusieurs: «Je préconise toujours de consacrer 50 % de l'activité du groupement aux achats et les 50% restants aux services», indique Denis Cagnat.

Pour que la structure fonctionne de façon optimale, «il faut qu'il y ait au moins un animateur dédié», prévient Jean-Luc Cauquil de la CRCI. Ses missions seront à définir par les adhérents sans négliger la nécessaire implication de chacun: «Nos adhérents consacrent une quinzaine de jours par an au groupement, soit environ 7% de leur temps de travail», indique Jérôme Gambmi d'IGAE. Autre clé de réussite: associer les salariés du groupement aux objectifs définis: «Ils peuvent notamment veiller au respect de la charte d'engagement et la faire évoluer selon les besoins exprimés», indique le consultant Denis Cagnat. De même, il convient d'adopter une structure juridique adaptée à ses ambitions: A ce titre, le choix d'une association à but non lucratif lui semble "peu judicieux". De fait, les groupements sont le plus souvent structurés sous forme de coopérative (voir tableau) ou de Groupement d'intérêt économique (GIE). Doté de la personnalité morale, le GIE permet à ses adhérents de mettre en commun certaines branches, afin de développer leur activité ou encore d'améliorer les résultats de cette activité, tout en conservant leur individualité. Mais avec un inconvénient: les GIE engagent la responsabilité civile et pénale des adhérents quand les SA et les SARL limitent celle-ci aux apports de chacun.

A SAVOIR
SIX ETAPES POUR BATIR UN PROJET

- Le recrutement: il doit sélectionner ses partenaires;
- L'élaboration: les partenaires définissent un objectif commun;
- Le budget: les ressources du groupement sont définies;
- Le statut juridique: il est choisi en adéquation avec l'objectif fixé;
- Les engagements: ils sont arrêtés pour chaque membre;
- Les acteurs: le groupement recrute les équipes nécessaires.

Virginie Grolleau

)