Quatre formations à conseiller à vos salariés

Publié par le

Droit individuel à la formation. Depuis janvier 2005, vos salariés bénéficient de 20 heures de formation par an dans le cadre du Dif. Voici quatre exemples qui permettent une prise en charge financière totale ou partielle.

  • Imprimer

1. Les formations techniques

Apprendre à se servir d'un nouvel outil, découvrir une technique favorable à l'environnement*?? Ces formations sont disponibles pour tous les corps de métiers. Leur durée est variable, ainsi que leur prix. Elles sont jugées prioritaires par la branche du bâtiment et donc partiellement prises en charge. Cette prise en charge s'élève à 46 euros hors taxes par heure pour les entreprises de plus de dix salaries - dont les formations sont gérées par l'Opca Bâtiment (Organisme paritaire collecteur agréé) et à environ 20 euros HT par heure pour les structures de moins de dix salariés, traitées par le Faf-Sab. François Labonne, salarié de l'entreprise de charpente de Claude Tuo, dans le Gers, a ainsi suivi une formation de zinguerie. D'une durée de 140 heures, celle-ci lui a permis de diversifier ses compétences sur les chantiers et de devenir plus autonome.

2. La lutte contre l'illettrisme

L'objet de la Formation générale professionnelle de base? Rafraîchir la mémoire des salariés qui rencontrent des difficultés pour l'écriture, la lecture, le calcul et l'expression orale. Le programme s'établit selon leurs besoins et leur emploi du temps, à partir de documents de chantier de leur entreprise. La durée dépend du niveau initial, mais, selon Jacques Berger, responsable formation à l'Aref (Association régionale paritaire pour le développement de la formation continue) BTP Rhône-Alpes, «en dessous de 35 heures, l'utilité en est compromise». Qualifiée de prioritaire par les organismes professionnels, la formation est prise en charge à 100% par l'Opca Bâtiment, et pour 20 euros horaires hors taxes par le Faf-Sab.

3. Les gestes qui sauvent

Les formations de secourisme traitent des réactions et des premiers gestes à adopter en cas d'accident, notamment sur les chantiers. Elles durent une journée, et comprennent ensuite un rappel d'une demi-journée tous les ans, pour se remémorer ces gestes qui peuvent sauver. Elles sont prises en charge au titre du Dif par le Faf-Sab (pour les entreprises de moins de dix salariés), mais pas par l'Opca Bâtiment. Si vous employez plus de dix salariés, le financement entre dans la participation de l'entreprise à la formation continue (à raison de 150 euros annuels par salarié)*

@ ROMAN MILERT/FOTOLIA

4. Les techniques de management

L'un de vos salariés est passé chef d'équipe? Pourquoi ne pas lui conseiller une formation de management intermédiaire? Ce programme propose des méthodes pour améliorer l'organisation et l'encadrement. La durée est très variable selon les organismes: entre 15 et 315 heures de formation, pour un coût moyen de 30 euros hors taxes de l'heure.

Sur les conseils du Faf-Sab, Eric Gilbert, salarié de l'entreprise de menuiserie Charignon, dans le Rhône, a suivi, en 2005, une session de dix jours étalée sur dix mois, à moitié sur son temps de travail, à moitié sur son temps libre. «Aujourd'hui, je dresse systématiquement une liste des tâches à effectuer dans la journée, en mentionnant leur degré d'urgence, confie-t-il. Celles que je ne peux pas faire, je les délègue.» Seule ombre au tableau: ce programme ne fait pas partie des formations prioritaires; il n'est donc pris en charge qu'à hauteur de la participation de l'entreprise à la formation continue.

Zoom
Les conditions du Droit individuel à la formation

Le Dif accorde à tout salarié en contrat à durée indéterminée, ayant une ancienneté d'un an minimum, 20 heures de formation annuelles pour un plein-temps, cumulables sur six ans. Pour les temps partiels, la durée est calculée proportionnellement. La formation peut s'effectuer sur le temps de travail ou en dehors, avec, dans ce second cas, une rémunération complémentaire équivalente à 50% du salaire net. L'initiative vient du salarié, mais doit être acceptée par l'employeur pour être accordée. De son côté, l'employeur est dans l'obligation d'informer ses salariés sur leur capital d'heures, mais aucune sanction n'est prévue, s'il ne s'y conforme pas.

Céline KELLER

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet