Ses salariés roulent écolo

Publié par le

Développement durable. Malek Bensai, président de Technivolution, société de climatisation, a formé huit salariés à l'éco-conduite. Si son intention était de maîtriser l'impact environnemental de son entreprise, il a aussi réalisé des économies non négligeables.

  • Imprimer
Malek Bensai, président de Technivolution(à gauche) aux côtés de Christophe Fayt, directeur général de Formation-D77.

Malek Bensai, président de Technivolution(à gauche) aux côtés de Christophe Fayt, directeur général de Formation-D77.

Chaque année, son entreprise consomme 32 000 litres d'essence, pour 320 000 km parcourus par 14 véhicules utilitaires. Des chiffres qui expliquent pourquoi Malek Bensai, président de Technivolution, a souhaité que 8 de ses conducteurs sur 14 soient formés, en février, à l'écoconduite. « Ces stages entrent dans une démarche globale de respect de l'environnement, explique-t-il. Ils répondent également à une attente du marché. » En effet, ses clients lui demandent de plus en plus de signer des chartes de bonnes pratiques environnementales ou de faire un reporting de l'impact carbone de ses interventions. Ainsi, à ces habitudes vertueuses s'ajoute désormais une nouvelle façon de conduire, plus écologique.

S'il ne devait retenir qu'un seul point de son stage chez Formations-D77, Malek Bensai choisirait l'anticipation. Le but étant de freiner moins souvent pour ne pas avoir à réaccélérer. « Par exemple, lorsque nous voyons un feu orange. Nous n'appuyons pas sur l'accélérateur. Il faut également respecter davantage les distances de sécurité, pour limiter au maximum l'utilisation de la pédale de frein », affirme-t-il. Bien sûr, c'est de la théorie. Dans la pratique, il faut parfois s'adapter. Le dirigeant reste également persuadé qu'il ne s'agit pas d'un acquis à vie, et que des piqûres de rappel sont nécessaires, au moins tous les deux ans. Une vision très réaliste puisque les stages ne durent qu'une demi-journée. De leur côté, les salariés sont également convaincus. Ceux déjà formés avouent mettre en pratique, à titre personnel, les techniques apprises lors de leur formation.

Diminuer sa facture de carburant

En outre, chez Technivolution, les coûts liés au carburant représentent un poste sensible dans les frais généraux. Ils s'élèvent à 45 000 euros HT par an. Autant dire qu'avec un coût de 200 euros HT par salarié, la formation à l'éco-conduite a été rapidement rentabilisée. Sans compter qu'elle a été prise en charge par un organisme collecteur. Et les résultats sont là. La consommation d'essence de l'entreprise a baissé de 20 % depuis la fin du stage.Parallèlement, Malek Bensai est aussi un patron responsable. Cette formation s'inscrit dans la lignée de sa politique de sécurité routière, amorcée il y trois ans après un pic d'accidents et d'excès de vitesse. Le dirigeant avait alors pris le taureau par les cornes, mettant ses employés fautifs devant leurs responsabilités. Sa solution? Ne plus laisser les procès-verbaux (PV) anonymes, mais fournir aux autorités le nom des conducteurs. « Il est très difficile de récupérer les points perdus. Les incidents se sont donc très vite réduits », conclut-il.

Repères

- Raison sociale
Technivolution SAS
- Activité
Installation et travaux de maintenance d'appareils de climatisation
- Ville
Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne)
- Année de création
1992
- Dirigeant
Malek Bensai, 48 ans
- Effectif
28 personnes
- CA 2010
5,5 MEuros

Claire Poisson

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet