Mon compte Devenir membre Newsletters

Son apprenti maçon est une maçonne

Publié le par

Embaucher une apprentie, voilà qui est original. Surtout pour la former aux techniques de la maçonnerie... Un pari que ne regrette pas le chef d'entreprise, Mickaël Culerier, qui trouve en elle une salariée motivée et appliquée.

Mickaël Culerier n'échan gerait son apprentie maçonne pour rien au monde. Pourtant, l'embauche de Léa Bouchet, 16 ans, a failli ne jamais se produire. En effet, après plusieurs expériences décevantes, l'artisan ne désirait plus employer d'apprenti. De plus, il y a un an, lorsque la jeune femme le contacte pour lui demander de la prendre en apprentissage, la maçonnerie reste une spécialisation tellement rare pour la gent féminine qu'il croit à une méprise! Ce qui est loin d'être le cas...

26 tentatives plus tard...

Déterminée et motivée, Léa Bouchet l'est sans nul doute. Et de la ténacité il en faut quand 26 entreprises lui ferment la porte au nez. La 27e est la bonne, puisque Mickaël Culerier la prend en apprentissage au rythme de 35 heures par semaine, trois semaines par mois. Lui qui jurait qu'on ne l'y reprendrait plus s'est laissé séduire par son opiniâtreté: «Si elle a choisi l'activité de maçonnerie, cela prouve sa forte volonté, car le travail est difficile physiquement». Aujourd'hui, l'artisan s'avoue ravi de sa décision. «Elle fait preuve d'une grande minutie», se réjouit-il. En effet, si la demoiselle n'effectue pas les tâches de gros oeuvre, celles qui nécessitent le plus de force physique et dont se chargent l'artisan et son ouvrier, elle est souvent préposée aux finitions. Le soin qu'elle apporte à ce travail convainc non seulement son patron mais également son collègue. Les clients aussi sont satisfaits du travail de Léa Bouchet, même s'ils sont surpris de prime abord. De son côté, l'artisan n'a pas particulièrement eu à investir pour l'arrivée de l'apprentie. La législation oblige les entrepreneurs du bâtiment à s'équiper de deux vestiaires en cas d'équipe mixte. Mais dans le cas de la SARL Spy, les hommes se changent chez eux et laissent donc le local exclusivement à l'usage de la jeune fille.

Mickaël Culerier est prêt à embaucher son apprentie en maçonnerie, Léa Bouchet, à l'issue de son brevet professionnel.

Mickaël Culerier est prêt à embaucher son apprentie en maçonnerie, Léa Bouchet, à l'issue de son brevet professionnel.

Léa Bouchet devrait rester dans l'entreprise jusqu'en 2011, après l'obtention de son brevet professionnel. «Si elle le souhaite, je suis prêt à l'embaucher après», affirme Mickaël Culerier.

Repères

- Raison sociale
SARLSpy
- Activité Maçonnerie et rénovation
- Ville Le Mans (Sarthe)
- Année de reprise 2008
- Dirigeant Mickaël Culerier, 31 ans
- Effectif 3 personnes
- CA 2008 NC

)