Terrain miné

Publié par le

Pour le gouvernement, la révolte des sans-papiers demandant leur régularisation devient un problème de plus en plus difficile à minimiser.

  • Imprimer

 

Selon les estimations, 100 000 régularisations seraient ainsi nécessaires dans les secteurs en tension. Nicolas Jounin, sociologue, a travaillé pendant quatre ans comme intérimaire dans le bâtiment pour réaliser sa thèseinterdit au public, enquête parmi les travailleurs du bâtiment. Il a été témoin du recours aux sans-papiers. Et d'après lui, les entreprises n'ont pas d'autre choix, faute de main-d'oeuvre suffisante, surtout dans les métiers les plus pénibles. Papiers faux, périmés ou appartenant à quelqu'un d'autre, la question n'est pas tant de savoir si les patrons savaient ou ne savaient pas qu'ils employaient des salariés en situation irrégulière. Mais plutôt quelles réponses apporter pour qu'ils n'aient plus à y recourir?

NELLY LAMBERT

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet