En ce moment En ce moment

Travail en hauteur: attention aux chutes!

Publié par le

Prévention. Avec 49 décès en 2009, les chutes de hauteur sont une des causes d'accidents les plus graves dans le secteur du BTP. Vous devez prévenir ce risque en mettant à disposition de vos salariés des équipements de protection collective et individuelle. Voici quelques repères.

  • Imprimer

Les professions du BTP sont les plus concernées par les chutes de hauteur. En 2009, selon les données chiffrées de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (CnamTS), ce sont près de 20 500 accidents avec arrêt de travail qui ont été déclarés, dont 26,3 % ont conduit à une incapacité permanente.

« La réglementation est très stricte et, pourtant, une grande majorité des dirigeants de TPE l'ignore ou n'en a qu'une connaissance superficielle, confie Thierry Hanotel, ingénieur assistance conseil au sein de l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Le chef d'entreprise doit garder en tête qu'il faut toujours privilégier la protection collective par rapport à la protection individuelle. » Il faut donc s'orienter, en priorité, vers des équipements comme une nacelle ou un échafaudage. La mise en place de tels systèmes va dépendre de la nature de l'intervention et de la durée de l'exposition au risque. « Pour des opérations répétitives et de courte durée, un artisan devrait privilégier la nacelle. En effet, comparée au montage d'un échafaudage, elle est parfois plus pratique et plus rapide à mettre en place », conseille Thierry Hanotel (INRS). Reste que dans les faits, le coût d'achat d'une nacelle est prohibitif pour un grand nombre de TPE (plus de 10 000 euros HT). Il est toutefois possible de la louer, comptez alors entre 150 et 200 euros HT par mois.

Quant à l'installation d'un échafaudage, elle répond à une réglementation stricte. Il doit posséder une plateforme de travail stable et protégée avec une zone d'appui, ainsi que des filets de protection. De plus, ce montage doit être réalisé par une personne formée et équipée de protections individuelles.

Bien choisir son EPI

Dans le cas où ces dispositifs de protection collective ne peuvent être envisagés, le dirigeant doit proposer à ses salariés des équipements de protection individuelle (EPI). Mais attention, ils n'empêchent pas les chutes, ils permettent seulement d'en limiter les conséquences. Il faut choisir ses EPI en fonction de la nature de l'activité et des circonstances dans lesquelles les travaux sont réalisés. Un artisan va, par exemple, utiliser des EPI antichute lorsqu'il doit se déplacer sur un toit. Dans ce cas précis, l'équipement va empêcher le salarié d'aller plus loin que sa zone de travail sécurisée. Le harnais antichute doit être relié, au moyen d'une corde flexible, ou longe, à un point d'ancrage correctement fixé et situé le plus haut possible de façon à réduire la distance d'arrêt de chute.

Avoir des EPI, c'est bien. Que les salariés les portent, c'est mieux. Didier Griveaux, directeur commercial France de Capital Safety, spécialiste des équipements de protection contre les chutes de hauteur, précise que « le dirigeant doit aussi prendre en compte la notion de confort. Les fabricants conçoivent des solutions de plus en plus légères, dotées de sangles qui ne se chargent pas en eau. Un critère essentiel pour les professionnels qui évoluent en extérieur. » A noter que certains harnais s'adaptent depuis peu à la cible féminine. « Ils maintiennent les bretelles sur les côtés, de façon à contourner la poitrine », poursuit Thierry Hanotel (INRS).

Le matériel doit être également contrôlé au moins une fois par an. Didier Griveaux (Capital Safety) explique que les EPI doivent être soumis à des vérifications dans l'entreprise. « Le contrôle d'un harnais doit avant tout être visuel. La sangle ne doit pas être brûlée, avoir subi un changement de couleur, ou avoir les coutures défaites. Sur les mousquetons, il faut s'assurer que la mécanique et la fermeture fonctionnent bien ». Selon Patrick Fabiani, directeur de la communication de Zarges Tubesca, concepteur et fabricant de moyens d'accès et postes de travail en hauteur, « pour effectuer le contrôle des EPI, les dirigeants ou les salariés doivent être formés. Il en va de même pour les échafaudages. Les résultats doivent absolument être consignés dans un registre de sécurité afin de justifier, lors d'un éventuel contrôle, que l'ensemble des produits sont tracés et garantissent la sécurité des utilisateurs. »

Protection collective

Garde-corps pliant Profort de Tubesca

Il est composé d'échelons, de deux stabilisateurs repliables et de repose-pieds supportant jusqu'à 260 kg. Ses points forts? Un encombrement minimal, une hauteur maximale de 2,88 m, et une tablette porte-outils bi-position.
Prix: 448 Euros HT, pour quatre marches.

Echelle avec plateforme sécurisée Aerostep d'Audinnov

Cette génération d'échelles répond à l'évolution de la législation. Elle permet l'intervention d'une personne seule sans nacelle ou échafaudage. Ses plus? Sa légèreté et une plateforme de travail ergonomique dotée d'un plancher antidérapant.
Prix: A partir de 552 Euros HT.

Barrière écluse de Layher

Facile à manoeuvrer, elle protège l'opérateur lors du chargement ou du déchargement sur l'échafaudage. En position fermée, un garde-corps protège contre les risques de chute. Lors de l'approvisionnement de la recette, la barrière se rabat, isolant l'utilisateur de la zone de chargement et le protégeant du vide.

Des échelles adaptées pour des travaux de courte durée

Lorsque le risque est faible et qu'il s'agit de chantiers de courte durée, il est possible d'utiliser des échelles ou des plateformes individuelles. « Le matériel doit être choisi en fonction de l'activité de l'artisan. Un couvreur équipé en EPI va privilégier une échelle à coulisse, peu encombrante, facile à mettre en place et pouvant se déployer jusqu'à 14 mètres. Un électricien, un menuisier ou un peintre va, quant à lui, se diriger vers un échafaudage roulant ou une plateforme individuelle pour des travaux de faible hauteur », explique Patrick Fabiani (Zarges Tubesca). « Pour réduire le risque de chute, nous conseillons toujours aux dirigeants de sensibiliser le plus possible leurs salariés. Il faut également les informer sur les consignes de sécurité à respecter lors de l'accès en hauteur », conclut Thierry Hanotel (INRS).

Réglementation

Le saviez- vous?
Le décret n° 2001-1016 du 5 novembre 2001 impose au chef d'entreprise de réaliser un Document unique d'évaluation des risques professionnels (DU). Il doit comporter un inventaire des risques identifi és dans chaque unité de travail de l'entreprise. Et, depuis le 17 décembre 2008, le chef d'entreprise doit mettre ce DU à disposition des salariés. Par ailleurs, il doit tout mettre en oeuvre pour supprimer les risques auxquels ses employés sont confrontés. Plus spécifi quement, le décret n° 2004-924 du 1er septembre 2004 précise que «les travaux temporaires en hauteur doivent être réalisés à partir d'un plan de travail conçu, installé ou équipé de manière à garantir la sécurité des travailleurs et à préserver leur santé. Le poste de travail doit permettre l'exécution des travaux dans des conditions ergonomiques». La prévention des chutes de hauteur est donc assurée en premier lieu par des garde-corps, rigides et résistants, intégrés ou fi xés de manière sûre. Ainsi, il est interdit d'utiliser de «simples» échelles ou escabeaux comme poste de travail. Ils ne peuvent être que des moyens d'accès.

Harnais Flexa de Capital Safety

Ce harnais apporte plus de flexibilité et une grande liberté de mouvement. Grâce à ses articulations, la mobilité du bassin est complète. Ses bretelles élastiques accompagnent les mouvements du corps et évitent la sensation d'inconfort.
Prix: De 68 à 171 ,50 Euros HT, selon les modèles.

L'antichute mobile ASAP de Petzl

Conçu pour les accès difficiles, ce système de blocage s'intègre dans un équipement antichute. Simple et rapide à installer, il suit l'utilisateur dans ses déplacements et fonctionne sur corde verticale ou oblique. En cas de chute, il se bloque immédiatement.
Prix: 117,90 Euros HT.

Exofit Nex de Capital Safety

Sangle imperméable souple et résistante, rembourrage, ce harnais intégral offre un grand niveau de confort. Ses boucles à connexion rapide comprennent un verrouillage afin d'éliminer les glissements et le besoin de réajustement.
Prix: De 228 à 296 Euros HT, selon les modèles.

Mallory Lalanne

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet