Triste anniversaire

Publié par le

Nelly Lambert Rédactrice en chef

Nelly Lambert Rédactrice en chef

Cela fait dix ans que l'amiante est interdit en France. Un anniversaire qui vient rappeler qu'en la matière, il reste beaucoup à faire. Pour preuve, cette étude de l'Institut national de veille sanitaire (InVS) qui a révélé, en septembre, un chiffre inquiétant: la moitié des artisans retraités a été exposée à l'amiante durant sa vie professionnelle, soit 25 années... La nouvelle a explosé comme une bombe et elle concerne de nombreux corps de métier du bâtiment: plombiers, maçons, isolateurs, plâtriers, mais aussi soudeurs, chaudronniers ou électriciens.

Même si l'étude de l'InVS montre que la plupart des pathologies décelées sont bénignes, il n'en reste pas moins que l'amiante peut être mortel. Selon l'Association nationale de défense des victimes de l'amiante (Andeva), cette substance est responsable en France de 3 000 morts par an, notamment dues à des cancers du poumon ou de la plèvre. Un problème sanitaire qui n'en est encore malheureusement qu'aux prémices. Mais qui commence à faire du bruit dans les tribunaux. Ceux-ci voient, en effet, émerger des dossiers dont les premiers dépôts de plainte datent... d'il y a dix ans. Avec 71 procédures venant de toute la France, l'amiante constitue ainsi le dossier le plus important du pôle de santé publique du tribunal de Paris.

Ironie de l'histoire, l'amiante fait dans le même temps les beaux jours des intervenants du désamiantage, à travers deux créneaux: le dépistage et l'élimination de l'amiante. Quand le malheur des uns fait le bonheur des autres? Pas vraiment. En 2006, une étude de l'inspection du travail révélait que 76% des chantiers de désamiantage étaient non réglementaires. Avec, à la clé, le risque d'une nouvelle mise en danger d'autrui...

«Avec un total de 71 procédures, l'amiante constitue le dossier le plus important du pôle de santé publique du tribunal de Paris.»

Nelly Lambert

Sur le même sujet