Un diagnostic énergétique plus fiable

Publié par le

@ FOTOLIA / KOTOYAMAGAMI

Rendre plus fiable le diagnostic de performance énergétique (DPE). C'est le défi que se sont lancé Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'Ecologie, et Benoist Apparu, secrétaire d'Etat chargé du logement, qui viennent de présenter une série de mesures pour améliorer le DPE. «Mis en place en 2006, cet outil présente quelques défauts, notamment en termes de calcul, et nécessite un ajustement afin de devenir une référence en matière d'étiquetage énergétique», explique un communiqué du ministère de l'Ecologie.

Les ministres proposent donc différents dispositifs d'amélioration, qui entreront en vigueur le 1er janvier 2012. A commencer par une meilleure transparence vis-à-vis des particuliers, afin de les guider lors de l'acquisition de leur logement. Le diagnostiqueur devra à présent expliciter les données qu'il renseigne auprès du particulier, à travers un relevé détaillé. Le gouvernement souhaite ensuite augmenter le nombre de facteurs à analyser pour faire un calcul plus précis et plus fiable de la performance énergétique.

Autres mesures: les professionnels devront utiliser des logiciels validés par le ministère et monter en compétence. De fait, jusqu'à aujourd'hui, un seul examen existait. Désormais, deux niveaux de difficulté seront mis en place selon la mention (mention «bâtiments d'habitation» ou «tous types de bâtiments», tertiaires, publics, privés...). Enfin, les particuliers disposeront d'un annuaire des diagnostiqueurs, mis en ligne par le ministère.

Sur le même sujet