En ce moment En ce moment

Un petit nid bioclimatique

Publié par le

Construire un habitat confortable, respectueux de l'environnement et économe en énergie, le tout à moindre coût ? C'est possible. Tinid a tout de la douillette maison individuelle. Et l'innovation a d'ores et déjà séduit l'Armée du Salut, qui a acquis dix modèles pour les installer à Marseille.

  • Imprimer

La maison Tinid (prononcez «tini», comme la contraction de «petit» et de «nid») est née en 2007 de l'imagination de Frédéric Cuvelier, charpentier, menuisier et gérant de BioHome, société spécialisée dans la construction de maisons individuelles à ossature bois. Malgré des dimensions réduites (6x3 m), le modèle de base offre tous les équipements nécessaires : salle de bains, kitchenette, chauffage, parquet... Le but de Tinid ? Assurer aux personnes sans abri un hébergement individuel, digne et respectueux de l'environnement. Mais la maison peut aussi servir de logement d'appoint. Frédéric Cuvelier en a eu l'idée en observant des ouvriers sur un chantier. Il a souhaité leur proposer une solution d'hébergement sur place, afin de réduire leur temps de transport, tant pour leur confort que pour minimiser les émissions de CO2. En effet, l'objectif de BioHome est de diminuer son impact sur l'environnement, à tous les niveaux : transport des matériaux, mode de construction et consommation énergétique de la maison (50 kWh/m2/an). Ainsi, les différents éléments sont fabriqués dans l'atelier de BioHome, à Saint-Victoret (Bouches-du-Rhône), puis acheminés sur le lieu d'implantation avant d'être assemblés. Sans fondation, Tinid peut ensuite être transportée. Plusieurs options existent, selon la demande : panneaux photovoltaïques pour l'eau chaude et toiture végétalisée pour une meilleure isolation. Les prix s'échelonnent de 17 000 à 30 000 Euros pour la version autonome. Dix modules achetés par l'Armée du Salut abritent déjà, à Marseille, des personnes en difficulté refusant d'être logées collectivement. Quatre autres ont été acquis par des particuliers, pour des étudiants.

Mobile car sans fondations

Ni fondations, ni dalle de béton pour installer le socle de la maison, mais une structure en pin douglas (lire vignette ci-contre) surplombée par une couche d'aggloméré de bois pour assurer la planéité du plancher. Dernière touche : un parquet stratifié pour la finition.

La salle de bains

Avec une superficie de 3,3 m2, la pièce contient tous les éléments indispensables. Le lavabo et la douche sont en fibre de verre, tandis que les murs et cloisons sont en OSB, un aggloméré de bois, sans colle au formol.

Une isolation en chanvre

Selon le concepteur de Tinid, Frédéric Cuvelier, le chanvre est le matériau écologique le moins coûteux. Anti-rongeur naturel, il régule le taux d'humidité à l'intérieur. Il absorbe l'humidité et la restitue par temps sec, donnant ainsi une impression de confort.

Des murs en pin douglas

La partie extérieure des murs est recouverte de bardages en pin douglas. Cet anti-termite naturel, imputrescible, est de plus en plus solide à mesure qu'il vieillit, ce qui offre à la maison une protection pérenne. En outre, le bois provient d'une forêt du Massif central, gérée durablement.

Un toit végétal

Légèrement en pente, le toit est recouvert d'une membrane en plastique, pour l'étanchéité, et d'une couche d'aspheigne, sorte de ouate destinée à retenir l'eau. Des plantes grasses locales peuvent ensuite y étendre leurs racines et apporter une meilleure isolation.

Panneaux solaires

Destinés à chauffer l'eau, les panneaux solaires sont relayés par l'électricité si l'ensoleillement est insuffisant. Le chauffage peut être aussi pris en charge par ce système dans la version autonome.

Repères

> Concepteur
Frédéric Cuvelier
> Surface
18 m2
> Prix de base de la construction
De 17 000 à 30 000 Euros
> Web
www.tinid.fr

Céline Keller

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet