Mon compte Devenir membre Newsletters

Une taxe pour être visible

Publié le par

Se doter d'un point de vente quand on est artisan est une idée payante. Dans tous les sens du terme. De l'aménagement du magasin au loyer... en passant par la Taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE). Son but ? Lutter contre la pollution visuelle. Issue de la loi de modernisation de l'économie (LME) et en vigueur depuis début 2009, cette taxe, perçue par les municipalités, est basée sur la superficie des enseignes dépassant les 7 m2 (limite d'exonération sauf avis contraire du conseil municipal). Si la LME l'a souhaitée facultative, force est de constater que les collectivités ont massivement décidé de la mettre en pratique, et souvent avec le taux maximal prévu par la loi. Un nouvel impôt qui suscite une levée de boucliers générale. Les syndicats patronaux du Medef et de la CG PME en tête. Le premier se dit prêt à intenter des actions judiciaires contre certaines communes et le second vient d'éditer un vademecum sur la TLPE, pour guider les «victimes de cette taxe» et les aider à se défendre. Pour l'heure, nombreux sont les artisans et commerçants à se résigner à réduire leur enseigne, voire à la faire disparaître, pour ne plus y être assujetti.

CARINE GUICHETEAU,

RÉDACTRICE EN CHEF

Carine Guicheteau

)