Mon compte Devenir membre Newsletters

Vous reprendrez bien un peu de technologie?

Publié le par

L'artisan de demain sera-t-il vraiment différent de celui d'aujourd'hui? Lorsqu'on imaginait le XXIe siècle, on le voyait ultra-technologique. Dans le meilleur des cas, des robots intelligents avaient pénétré notre quotidien pour le simplifier. Dans le pire des scénarios des auteurs de science-fiction, à trop s'humaniser, ils finissaient par se révolter contre leur condition d'esclave et prenaient le pouvoir.

Si on a bien vu apparaître les premiers chiens de compagnie robotisés, les cyborg remplaçant la nounou ou la femme de ménage n'ont pas (encore) été inventés. Pas plus que les humanoïdes suppléant au pied levé les artisans sur un chantier à risque. L'automatisation des activités s'est pour l'heure arrêtée aux portes des usines. . . A l'aube du troisième millénaire, l'humain est plus que jamais incontournable pour accomplir un travail manuel, exercé grâce à un savoir-faire cultivé parfois depuis des siècles.

La fiction n'a pas complètement rattrapé la réalité, mais les mauvaises langues pourraient souffler qu'elle se venge en employant des moyens détournés. Si les machines ne se sont pas humanisées, ne transformerait-on pas les hommes en robots multifonction? Les outils technologiques sont de plus en plus nombreux. A tel point qu'on peut se demander s'ils ne sont pas devenus des extensions électroniques de certains usagers. «A quand la greffe?», interrogent volontiers les moqueurs.

Pour autant, refuser en bloc tout objet technologique, sous prétexte qu'on vit très bien sans, n'a rien de raisonnable. Le temps est une donnée trop précieuse pour les artisans pour qu'ils se paient le luxe de le gâcher en snobant les outils du progrès.

«Refuser en bloc tout objet technologique, sous prétexte qu'on vit très bien sans, n'a rien de raisonnable.»

Nelly Lambert

)