Mon compte Devenir membre Newsletters

Voyage au centre de la Terre

Publié le par

En osmose totale avec la nature, la maison troglodytique présente des qualités environnementales indéniables. Mais aussi quelques désagréments. Pour y remédier, les troglodytes contemporains ont développé des procédés de rénovation spécifiques.

A l'heure où le développement durable monopolise toutes les conversations, les maisons troglodytiques, aussi appelées caves, pourraient devenir à la mode. En effet, ces demeures aménagées dans la terre sont particulièrement économes en matière d'énergie: leur isolation thermique et sonore est naturellement optimale, en raison de l'épaisseur de la paroi. Elles bénéficient en plus d'une grande inertie thermique due à la masse totale du rocher qui garde la chaleur emmagasinée et conserve la fraîcheur.

Cependant il n'y a pas que des avantages... Au rang des inconvénients: le manque d'éclairage, puisque seule une façade donne sur l'extérieur. Creusées dans des roches tendres, donc poreuses, comme le tuffeau, les habitats troglodytiques peuvent aussi devenir humides et risquer l'effondrement. Mais ces défauts sont connus depuis longtemps par les troglodytes, habitants de ces caves, qui s'appliquent à les surmonter depuis l'ère des hommes des cavernes. Souvent réfugiés dans la roche pour échapper à leurs ennemis, les troglodytes ont laissé de nombreuses galeries souterraines en France, surtout en Anjou, en Touraine ainsi que dans le Saumurois. «Les «troglo» ne sont pas plus fragiles que des habitations ordinaires, mais réclament davantage d'entretien», assure Christophe Chartin, artisan qui se consacre à la rénovation de ces maisons particulières en Touraine, lui-même troglodyte depuis vingt ans. Visite guidée dans le Maine-et-Loire, avec l'association Carrefour Anjou Touraine Poitou (CATP), qui oeuvre pour la valorisation du patrimoine troglodytique, et plus précisément des procédés de construction spécifiques à ces logis qui «donnent la sensation irremplaçable d'être au milieu de la terre», selon l'expert.

Puits de lumière

Naturel ou artificiel, le puits de lumière est le fruit d'un effondrement de la roche, laissant ainsi passer les rayons du soleil dans la cave. Si la voûte est fragilisée par endroits, il peut être préférable de la creuser en consolidant les côtés. Le puits constitue aussi une précieuse source de ventilation supplémentaire.

Végétation sous surveillance

La flore peut être le meilleur ami des troglodytes, mais aussi son pire ennemi. En effet, si la végétation croît trop au sommet de la roche, les racines s'y immiscent trop profondément et risquent de la fragiliser. En revanche, si elle reste au stade d'herbage, elle peut servir de drain pour évacuer l'eau. Idéaux pour cet usage, les lilas et les iris, que l'on retrouve souvent au sommet des maisons troglodytiques.

Renforcer la roche

L'un des inconvénients majeurs des maisons troglodytiques reste le risque d'effondrement, surtout en cas de fortes pluies et de gel, ce qui peut déstabiliser la roche. Cependant, le danger est circonscrit grâce aux renforts de maçonnerie, comme les voûtes, qui permettent de répartir le poids de la roche.

Ventilation

L'un des moyens les plus efficaces pour évacuer l'humidité est de ventiler suffisamment les caves. Pour cela, on peut utiliser un système traditionnel ou forer un trou de décompression, entre 80 et 100 millimètres dans chaque pièce. Des cheminées peuvent également faire office d'aération.

Cloutage

Si une partie de la paroi a tendance à se détacher, deux solutions: l'ôter du mur, ou opérer un «cloutage» pour stabiliser le rocher. On perce alors un trou dans le bloc fragilisé puis on le fixe par une agrafe à la partie saine située plus loin.

Laisser respirer les murs

Pour ne pas asphyxier la roche, Christophe Chartin, artisan spécialisé dans la rénovation des maisons troglodytiques, préfère utiliser des matériaux naturels qui ne bloquent pas l'humidité. Sur les murs, il répand de la chaux qui permet de dépoussiérer la façade du rocher et d'éviter qu'il ne s'effrite.

Repères

Surface moyenne d'une pièce Entre 20 et 50 m2
Prix de la rénovation 1 500 euros par m2 quand la roche est stabilisée, 15 000 euros par m2 sinon.
Web www.catpasso.org

Mot clés : maison

Céline Keller

)