Mon compte Devenir membre Newsletters

Bâtiment : 68 % des dirigeants de TPE n'ont jamais entendu parler du BIM

Publié le par

Où en sont les artisans avec le numérique ? Un baromètre KPMG sur les entreprises du bâtiment rendu public en janvier 2017 fournit des éléments de réponse. Un constat : le BIM est loin de leurs préoccupations.

Bâtiment : 68 % des dirigeants de TPE n'ont jamais entendu parler du BIM

Face au numérique, les artisans du bâtiment sont-ils prêts ? Eux estiment, en majorité, que oui. C'est ce qui ressort d'un baromètre des entreprises du bâtiment publié par le cabinet d'audit et de conseil KPMG en janvier 2017. Ces professionnels sont, en effet, trois sur cinqà juger queleur entreprise est bien préparée pour répondre aux enjeux liés au développement du numérique.

Toutefois, parmi eux, seuls 19 % se disent "tout à fait" bien préparés (les autres "plutôt"). "Près de quatre interviewés sur dix déclarent ne pas avoir intégré ces enjeux déclarent ne pas avoir intégré ces enjeux (38 %), et même près d'un sur deux en région parisienne (46 %)", remarque KPMG.

"Il faudra du temps pour que toutes les entreprises se mettent à niveau. Aujourd'hui, personne n'est prêt. Le frein a été le retard pris par les développeurs de logiciels", déclare dans l'étude Eric Lespiaucq, gérant d'une entreprise spécialisée dans la charpente et l'ossature bois près de Bayonne. Mais"aujourd'hui, les choses progressent bien", ajoute le dirigeant.

Le BIM méconnu

Un élément symbolise ce manque : la méconnaissance du BIM. 68 % des dirigeants des petites entreprises du bâtiment n'en ont jamais entendu parler. Et parmi ceux qui le connaissent, une infime minorité (4 %) a déjà entrepris ou prévoit de le faire, des démarches pour l'intégrer à son activité.

Un constat qui varie toutefois selon la taille de l'entreprise. Le BIM est mieux connu dans celles de plus de 10 salariés. Une sur deux en a déjà entendu parler. Les PME sont également légèrement plus avancées en matière d'adoption, qui est en cours ou planifiée dans 10 % des cas.

"L'essentiel de notre activité reposant sur la rénovation, les coûts supplémentaires engendrés par le BIM ne pourront pas être répercutés sur le prix de vente. La mise en place et l'utilisation de la maquette numérique me semblent aujourd'hui trop lourdes et trop coûteuses", témoigne dans le baromètre une entreprise du bâtiment des Côtes d'Armor.

)