Mon compte Devenir membre Newsletters

Comment se faire payer en temps et en heure

Publié le par

Rédaction d'un devis dans les règles de l'art, facilités de règlement offertes au client, relances régulières... Voici quelques-unes des règles d'usage à respecter pour éviter les retards de paiement ou les impayés.

Comment se faire payer en temps et en heure

Mieux vaut prévenir que guérir. Un adage qui, une fois de plus, se vérifie en matière de recouvrement ! " Les artisans se bordent davantage et sont plus réactifs qu'il y a quatre ans pour relancer les mauvais payeurs et faire entrer rapidement du cash " , affirme Jean-Luc Ballesteros, secrétaire général de la Capeb Vendée. Reste qu'il existe une méthodologie pour être payé rapidement.

Jamais sans LA signature

La première mesure à adopter reste la signature du devis par le client. Ce document doit faire précisément état des travaux à engager, des montants à régler et des modalités de paiement. " Si les conditions générales de vente figurent au verso, prévoyez au recto une mention de type "Je reconnais avoir pris connaissance des conditions générales de vente" à cocher par le client ", préconise Jean-Luc Ballesteros. N'omettez pas non plus de rédiger un avenant si le chantier venait à être modifié, " autrement, le client peut refuser de payer la différence. Et, faute de preuve, vous risquez de ne pas obtenir gain de cause devant un tribunal " , met en garde le secrétaire général de la Capeb Vendée. La signature du procès-verbal de réception des travaux est également recommandée. Ce document peut en effet avoir un intérêt pour votre assureur ou un tribunal, à condition qu'il comporte les informations obligatoires (présence ou non de réserves, date, signature, articles du Code civil...).

Une meilleure souplesse de règlement

Solliciter des délais auprès de vos fournisseurs ou une facilité de caisse auprès de votre banque peut vous permettre d'accorder des conditions de règlement plus opportunes. Autre solution : vous référer à un organisme financier pour proposer des facilités de règlement (jusqu'à 48 mois) à vos clients via la souscription d'un crédit à la consommation. " C'est un moyen de ne plus pénaliser votre trésorerie, car vous êtes payé comptant sans frais supplémentaires, la commission étant supportée par le souscripteur ", souligne Patrick Autan, expert-comptable et fondateur du cabinet Autran expertise comptable.

Un acompte, sinon rien

Versé au moment de la signature, "son montant doit au moins couvrir l'achat de matériel ", poursuit l'expert. Sur un vaste chantier, un second appel de fonds peut, s'il était prévu dans le devis, être adressé au client. " Et ce, après qu'un tiers des travaux a été réalisé, par exemple, ajoute Jean-Luc Ballesteros (Capeb Vendée). S'il s'y oppose, cela doit vous alerter, voire vous amener à cesser les travaux. "

En cas de retard de paiement, laisser passer du temps est une erreur. L'action à mettre en oeuvre est fonction du client, du montant et de l'ancienneté de la créance. Par exemple, le recours à un cabinet de recouvrement ou à un avocat a peu d'intérêt en deçà de 150 euros. " Privilégiez le contact visuel pour parvenir à une entente ", conseille Patrick Autran. À condition de savoir garder son calme en toutes circonstances. Au-delà de trois semaines de retard, relancer le client par téléphone ou par courrier semble la démarche la plus adaptée. En cas de difficulté financière invoquée, mieux vaut convenir d'un échéancier par écrit plutôt que d'entamer une procédure judiciaire à l'issue incertaine. Si la mauvaise foi est avérée, " adressez un recommandé au mauvais payeur, l'avertissant de sa prochaine mise en demeure et lui notifiant les intérêts de retard dus ", conclut Patrick Autran.

Mot clés : Capeb

Fanny Perrin d'Arloz

)